Suspension du fondateur du FN : "Une décision incontournable" (Marine Le Pen)

(Depuis Prague, Marine Le Pen a jugé "incontournable" la décision de suspension visant son père © Dan Materna/PROFIMEDIA/SIPA)

La présidente du FN a estimé que la "suspension" de Jean-Marie Le Pen de sa qualité d'adhérent au FN décidée par le bureau exécutif du parti était "douloureuse" mais nécessaire. Marine Le Pen s’est confiée à quelques journalistes en marge de son déplacement mercredi en République tchèque.

C’est à Prague que Marine Le Pen a donné son avis sur le carton rouge infligé à son père par le bureau exécutif du FN. La présidente du Front national s’est montrée déterminée à assumer le combat familial et peu inquiète par les suites possibles.

A l’aéroport de Prague, l’air épuisé, Marine Le Pen est assise avec ses bouquets de fleurs offerts au cours de la journée. En fumant sa cigarette électronique, la présidente du FN n'en finit pas de commenter le début de semaine mouvementée à la tête du parti. La patronne du Front national reconnaît que la guerre avec son père l’a marquée et commente la décision du bureau exécutif.

"C’est une décision difficile, douloureuse pour tous les adhérents du FN,  mais qui était incontournable. J’assume cette décision collégiale prise par l’ensemble des dirigeants du bureau exécutif."

Aune crainte des "nuisances"

La suite des événements est-elle inquiétante pour la présidente du Front national, opposée à son père qui pourrait entrer en dissidence ?

"Jean-Marie Le Pen est libre de faire ce qu’il veut. S’il souhaite monter un autre mouvement et bien il le fera. Moi, je ne crains aucune nuisance." 

Marine Le Pen estime que son père n’arrivera pas à monter un parti dissident, il est trop isolé. Elle ne croit pas non plus à la candidature du fondateur du parti en Provence-Alpes-Côte-D’azur (PACA) aux élections régionales de décembre 2015. Il aurait du mal, jauge-t-elle, à réunir les 200 candidats nécessaires.

Marine Le Pen assume la décision du bureau exécutif du FN : commentaire et analyse d'Anne-Laure Dagnet
--'--
--'--

Son seul pouvoir de nuisance, selon Marine Le Pen consisterait à dégoûter sa petite fille, Marion Maréchal-Le Pen et "qu’il lui pourrisse ses meetings ", mais là encore, la dirigeante du FN semble sûre d’elle. Au cas où sa nièce jetterait l’éponge, Marine le Pen a une solution de rechange. Elle n’en dira pas plus. Finalement, la dirigeante du FN admet que tout ce psychodrame la fatigue, tout en avouant que politiquement, ça fait plutôt ses affaires…

A LIRE AUSSI ►►►Jean-Marie Le Pen : "Que la présidente du FN se marie pour changer de nom"

Vous êtes à nouveau en ligne