Sondage BVA : François Hollande (30%) creuse l'écart avec Nicolas Sarkozy (23%) au premier tour

BVA : Nicolas Sarkozy devancé par François Hollande de 7 points au 1er tour.
BVA : Nicolas Sarkozy devancé par François Hollande de 7 points au 1er tour. (PATRICK KOVARIK FRED DUFOUR / AFP)

Dans un sondage BVA, publié samedi 21 janvier, François Hollande recueillerait 30% des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle devant Nicolas Sarkozy (23%). Au second tour, M. Hollande l'emporterait avec 57% des voix.

Dans un sondage BVA, publié samedi 21 janvier, François Hollande recueillerait 30% des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle devant Nicolas Sarkozy (23%). Au second tour, M. Hollande l'emporterait avec 57% des voix.

Selon la dernière enquête BVA pour Orange, la presse régionale et RTL, François Hollande creuse l'écart avec Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle.

Le candidat socialiste recueille ainsi 30% (+2 points) des intentions de vote au premier tour de scrutin face à Nicolas Sarkozy à 23% (-1).

Toujours en troisième position, la candidate du Front national, Marine Le Pen, progresse d'un point à 18%, soit le même niveau que l'enquête de la mi-novembre pour les mêmes commanditaires.

François Bayrou (MoDem) est donné à 13% des suffrages, en progression de 2 points, comme M. Hollande .

Crédité de 7% d'intentions de vote, le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, recule d'un point par rapport à l'enquête de début janvier mais en gagne deux par rapport à l'enquête de la mi-novembre. M. Mélenchon est suivi par Eva Joly (EELV), stable à 4%.

Dominique de Villepin baisse à 1,5%

Viennent ensuite Dominique de Villepin, qui baisse à 1,5% (-2,5 points par rapport à début janvier), un niveau atteint pour la première fois par Nicolas Dupont-Aignan (+1,5).

Hervé Morin (Nouveau centre) est donné à 1%, Christine Boutin (Parti chrétien démocrate) à 0,5%, Nathalie Artaud (Lutte ouvrière) à 0,5%. Les autres candidats, dont le plus connu est Jean-Pierre Chevènement (Mouvement républicain et citoyen), sont en dessous de ce seuil.

D'autre part, selon BVA, 72% des personnes interrogées ne pensent pas que les décisions prises lors du "sommet de crise", convoqué mercredi 18 janvier par le chef de l'Etat, auront un impact positif sur l'emploi : 26% ont répondu "non, certainement pas" et 46%, "non, probablement pas".

Selon Gaël Sliman, de BVA, le "contexte très défavorable en ce début d'année - hausse du chômage et perte du triple A" expliquerait en partie la contre-performance sondagière du chef de l'Etat et "Hollande a sans doute bénéficié de la charge brutale de l'UMP à son égard".

Sondage réalisé par internet les 18 et 19 janvier, selon la méthode des quotas.