Simone Veil : la survivante

FRANCE 2

Avril 1944, Simone Jacob est arrêtée à l’âge de 16 ans, à Nice, par la Gestapo. Déportée à Drancy puis à Auschwitz, elle survivra à l’enfer.

Il lui faudra de longues années pour arriver à témoigner sur son histoire personnelle, pour poser des mots sur des blessures intimes et tenaces. Simone Veil porte l’histoire de la Shoah dans sa chair. "Je me suis fait arrêter dans la rue devant mes camarades", raconte-t-elle. "La Gestapo m’a tout de suite dit que j’avais de faux papiers."

Un cauchemar présent en permanence

Déportée, Simone Jacob devient le matricule 78651. Elle découvre alors l’horreur des camps de concentration. "Cette espèce d’odeur fétide qui est faite à la fois de la pourriture et puis de la proximité des crématoires", se souvient-elle. Contrairement à de nombreuses familles, elle n’est pas séparée de sa mère et de sœur. "On se sentait un peu privilégiées", explique-t-elle. "Ça nous a sûrement aidées." Malgré les années, les succès, jamais le traumatisme des camps de la quittera.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne