Le site anti-IVG au nom de Simone Veil a été désactivé à la demande de sa famille

Simone Veil alors élue à l\'Académie française, le 18 mars 2010.
Simone Veil alors élue à l'Académie française, le 18 mars 2010. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

"Nous avons été informés par la famille de Simone Veil de l’existence de ce nom de domaine et des contenus associés, utilisant son nom et son image sans autorisation", explique l'hébergeur OVH. 

Déconnecté. Depuis jeudi 6 juillet, le site simoneveil.com, administré par Les Survivants, un groupe anti-IVG, n'est plus disponible. Il a été suspendu par l'hébergeur OVH à la demande de la famille de Simone Veil, rapporte Ouest France.

"Nous avons été informés par la famille de Simone Veil de l’existence de ce nom de domaine et des contenus associés, utilisant son nom et son image sans autorisation, explique OVH au quotidien régional. Sur la base de ce signalement, nous avons été amenés à prendre des mesures de suspension. Il s’agit là d’une procédure tout à fait normale et le client a été averti de la suspension du site internet par nos services." 

"Il faudra la protéger"

Les Survivants avaient préalablement déploré sur Twitter cette suspension de leur site. "A qui le suivant ?", avaient-ils écrit. 

Les Survivants ont acheté ce nom de domaine en septembre 2016, mais ils ont attendu la journée d'hommage à l'ancienne ministre de la Santé, mercredi, pour le mettre en ligne. Le site présentait un webdocumentaire détournant le combat de Simone Veil, décédée à 89 ans le 30 juin, pour décourager les femmes d'avorter.

Une initiative qui avait été largement décriée sur les réseaux sociaux, mais aussi par l'actuelle ministre de la Santé. "Son nom va être beaucoup utilisé, maintenant, je le crains. Pour des causes qui ne sont pas forcément des causes qu'elle aurait défendues, je le regrette. Il faudra la protéger", avait déclaré sur RTL Agnès Buzyn.