"Si certains militaires se sont mal comportés, je serai implacable" (Hollande)

(François Hollande a promis d'être "implacable" © MAXPPP)

Au cours de son déplacement à Brest, le président de la République a réagi publiquement pour la première fois aux graves accusations qui pèsent sur des soldats français, suspectés de viols en Centrafrique.

"Si les faits sont avérés par la justice et le commandement militaire (...) il y aura des sanctions qui seront à proportion des faits qui auront été constatés, et si c'est grave, les sanctions seront graves, elles devront même être exemplaires " a déclaré François Hollande. 

C'est au printemps 2014 que les Nations unies ont opuvert une enquête sur viols d'enfants qui se seraient produits sur le site de l'aéroport de M'Poko (à Bangui), entre décembre 2013 et juin 2014. Un responsable de l'ONU a ensuite transmis ce rapport aux autorités françaises. Et une enquête a été ouverte à Paris en juillet 2014 pour viols sur mineurs de moins de 15 ans.

Ce jeudi matin, le porte-parole de l'Etat-major a justifié le silence des armées. "Les armées n'ont pas rendu publics ces événements parce que dès lors que la Justice est saisie, une prise de parole serait faire entrave à son travail" a expliqué Gilles Jaron.

A LIRE AUSSI ►►► Militaires français accusés : Paris promet des sanctions, l'enquête patine

Vous êtes à nouveau en ligne