Ségolène Royal se revendique d'un "juste milieu de gauche"

Ségolène Royal, à Montreuil, près de Paris, le 10 septembre 2011.
Ségolène Royal, à Montreuil, près de Paris, le 10 septembre 2011. (CITIZENSIDE.COM)

La candidate à la primaire PS affirme également que "plus que jamais" la différence est nette entre droite et gauche, dans un entretien au magazine GQ.

La candidate à la primaire PS affirme également que "plus que jamais" la différence est nette entre droite et gauche, dans un entretien au magazine GQ.

"Pour la droite, l'homme est mauvais, donc sauvons-nous seuls, débrouillons-nous dans le cercle de proximité et écrasons les autres, finalement (...). Pour la gauche, au contraire, du moins si on le voit de cette façon un peu caricaturale, l'homme est bon, donc le pauvre délinquant n'est pas responsable, il faut l'assister", analyse Ségolène Royal.

"Or pour moi, il y a un juste milieu de gauche", affirme la candidate PS à la présidentielle de 2007, interrogée par Frédéric Taddeï.

"Pour moi, il n'y a pas de liberté sans responsabilité. Je suis contre l'assistanat. Il faut que tout le monde travaille, que tout le monde fasse un effort. Sinon, vous découragez ceux qui travaillent et qui ne gagnent pas
beaucoup. Et la société ne peut alors plus tenir", explique-t-elle. Mais "en même temps, il faut que les gens qui n'ont pas de travail aient un filet de sécurité pour ne pas tomber dans la misère", d'après elle.

La différence entre la droite et la gauche est-elle très nette actuellement? "Aujourd'hui plus que jamais oui !" répond la présidente de la Région Poitou-Charentes. "Ce n'est pas une droite sociale qui gouverne ni une droite centriste, mais une droite au pouvoir très dure qui a enrichi les amis du pouvoir", estime-t-elle.