Sarkozy et Juppé, quelles différences ?

FRANCE 2

Ils seront sept à s'affronter à l'occasion de la primaire de la droite et du centre, mais rien ne semble pouvoir empêcher la cristallisation autour de deux d'entre eux.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, une rivalité de plus de trente ans. Les deux hommes adoptent deux styles durant cette campagne. Le maire de Bordeaux a décidé de s'assumer tel qu'il est. Il se pose en rassembleur et tente de faire de sa retenue un atout. D'après lui : "C'est difficile d'être modéré parce qu'aujourd’hui c'est vachement facile de se lâcher et de dire des énormités et des incongruités. On en entend d'ailleurs tous les jours donc l'hystérie est à la mode." Une pique qui vise son rival. Nicolas Sarkozy, lui, revendique son parler-vrai et met une nouvelle fois en avant son énergie. "Je suis un homme passionné de mon pays, je veux les convaincre tous. Je veux parler à la France qui souffre, qui n'en peu plus, à la majorité silencieuse. Ils sont sceptiques ? Croyez-moi je vais les convaincre !", a-t-il déclaré le 15 septembre 2016 sur France 2.

Deux droites, deux électorats

Ces deux hommes incarnent aujourd'hui deux droites, notamment sur la question de l'identité. Alain Juppé n'accepte pas "l'hystérie déraisonnable sur cette question de la relation avec les musulmans." et dénonce les amalgames qui peuvent être faits. L'ancien chef de l'État, quant à lui, veut "que l'on puisse parler du terrorisme islamique sans être taxé d'islamophobie." Le maire de Bordeaux accepte que les électeurs de gauche puisse venir voter à la primaire, ce qui est inacceptable pour son rival. Lequel de ces discours mobilisera le plus ? Premières réponses le 20 novembre prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne