"Salles de shoot" : le socialiste Le Guen relance le débat

(Maxppp)

Le député socialiste Jean-Marie Le Guen, défenseur de longue date des salles de consommation de drogue, a demandé mercredi au nouveau gouvernement le feu vert pour la mise en place de ces "salles de shoot", notamment dans la capitale. Enjeu de santé public pour certains, le sujet a toujours divisé les autorités.

Alors que François Fillon, ancien Premier ministre, avait enterré la question en 2010, l'adjoint au maire de Paris, Jean-Marie Le Guen, a réclamé mercredi l'instauration de salles de consommation de drogue, nommées familièrement "salles de shoot", qui accueillent des toxicomanes désireux de consommer leurs propres produits dans de bonnes conditions d'hygiène et sous supervision de personnels de santé. En priorité dans la capitale où la consommation d'héroïne est en hausse, avec une progression de 7% du nombre de seringues utilisées dans les distributeurs automatiques au premier semestre 2012 par rapport à la même époque l'an passé.

"Plus de sécurité dans les quartiers concernés"

Pour Jean-Marie Le Guen, pas de doute, la situation est "préoccupante" , "il y a urgence" . Ses préconisations? Autoriser, comme c'est le cas notamment chez nos voisins allemands, espagnols et suisses, ces lieux de consommations qui, selon lui, permettraient  de garantir aux drogués "plus de sécurité dans les quartiers concernés" aussi bien sur la plan sanitaire que social : "je préfère que les gens lourdement précaires
et toxicomanes consomment de la drogue dans des salles dédiées plutôt qu'ils se
piquent dans une cage d'escalier ou dans la rue, comme c'est le cas actuellement.
Et qu'ils soient entourés par des professionnels de santé".

Le député socialiste, qui déjà à l'époque déclarait que ces salles n'avaient "rien à voir avec un coffee shop" , espère obtenir le "feu vert" du gouvernement, qui d'après lui se doit de développer "une politique plus ambitieuse de réduction des risques" . "À Paris nous sommes prêts à monter très rapidement une ou plusieurs de ces salles" déclare Jean-Marie Le Guen avant de souligner que l'État ne doit, "évidemment pas fournir la drogue" , le deal devant être "interdit".

Alors que les salles de consommation de drogue étaient apparues comme une entreprise visant à encourager la consommation de stupéfiants par l'ancien gouvernement, le président, François Hollande, avait durant la campagne
présidentielle fait part de son intérêt pour "ce genre
d'expérimentation"
. Alors, verra-t-on des "salles de shoot" s'installer dans
la capitale? Encore faut-il que le projet face l'unanimité côté majorité.

 

Vous êtes à nouveau en ligne