Salle de shoot : Paris accorde une subvention pour une association porteuse du projet

En Europe, plus de 80 salles de consommation de drogue ont ouvert depuis 1986.
En Europe, plus de 80 salles de consommation de drogue ont ouvert depuis 1986. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le Conseil municipal de la capitale a voté une enveloppe de 38 000 euros pour Gaïa Paris, qui prévoit d'ouvir une salle de consommation de drogue dès que la loi le permet.

SANTE - Le 21 octobre, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, "espérait" lancer en France l'expérimentation des salles de consommation de drogue d'ici à la fin de l'année. Fin novembre, elle évoquait plutôt la date de "courant 2013" . En attendant, le Conseil de Paris a adopté, lundi 10 décembre, une subvention de 38 000 euros en faveur d'une association porteuse du projet.

Il s'agit de Gaïa Paris, qui prévoit d'ouvir une salle de consommation de drogue dans le nord-est parisien dès que le gouvernement aura donné son feu vert à ce dispositif expérimental. La subvention a pour objectif de "soutenir la phase préparatoire en vue de l'ouverture d'une salle de consommation à moindre risque à Paris", selon l'exposé des motifs de la délibération. C'est-à-dire d'organiser des réunions de sensibilisation avec les riverains et les forces de l'ordre, et de mettre en place un groupe de travail interassociatif pour réfléchir aux modalités d'intervention dans la salle de consommation.

L'UMP a voté contre la délibération et le député-maire du 15e arrondissement, Philippe Goujon, a dénoncé un dispositif qui "sous couvert d'aider les toxicomanes les maintiendra dans leur dépendance". En Europe, plus de 80 salles de shoot ont ouvert depuis 1986.

Vous êtes à nouveau en ligne