Robert Ménard rebaptise une rue au nom d'un partisan de l'Algérie française

FRANCE 3

Le maire de Béziers, soutenu par le FN, provoque une nouvelle polémique en donnant le nom d'une rue à un personnage controversé. Son initiative provoque une levée de boucliers, notamment chez Manuel Valls.

Robert Ménard provoque une polémique en ce samedi 14 mars. L'édile de Béziers (Hérault) a tenu une cérémonie tendue pour rebaptiser une "rue du 19 mars 1962" et "rue du Commandant Denoix de Saint Marc 1922-2013". Sur la plaque, le maire a également faire inscrire "Héros français".

Le dit "héros" laisse pourtant une trace controversée dans l'Histoire. Ancien résistant, ancien déporté, il a aussi participé au putsch des généraux opposés à De Gaulle pendant la guerre d'Algérie. Denoix de Saint Marc était un partisan de l'Algérie française.

"Le Front national n'aime pas la France"

Robert Ménard réfute toute nostalgie mais ne supporte pas la date du 19 mars 1962, qui marque les accords d'Evian et le cessez-le-feu en Algérie. "Des milliers de Français d'Algérie, de jeunes du contingent, des dizaines de milliers de harkis sont morts après cette date", a-t-il déclaré.

Des opposants se sont réunis à proximité de la cérémonie. "De voir manifester de façon aussi forte une nostalgie du système colonial et une glorification de l'OAS, c'est quelque chose qu'on refuse", a confié à France 3 le président de l'association pieds noirs progressistes.

En déplacement à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), Manuel Valls a réagi : "La nostalgie, et notamment la nostalgie de l'Algérie française, n'apportera rien de bon. Aujourd'hui, on a besoin de regarder l'avenir avec de l'optimisme, et le Front national n'aime pas la France. Le Front national n'est pas un parti républicain".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne