Restos du coeur : Roger Karoutchi demande "un million d'euros" à la région Ile-de-France

Roger Karoutchi, sénateur et conseiller régional UMP des Hauts-de-Seine.
Roger Karoutchi, sénateur et conseiller régional UMP des Hauts-de-Seine. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, a indiqué, mardi 26 décembre, qu'il proposerait que la région Ile-de-France "accorde une subvention exceptionnelle d'un million d'euros" aux Restos du coeur, à la recherche de 5 millions d'euros.

Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, a indiqué, mardi 26 décembre, qu'il proposerait que la région Ile-de-France "accorde une subvention exceptionnelle d'un million d'euros" aux Restos du coeur, à la recherche de 5 millions d'euros.

Confrontés à une hausse de la pauvreté en France, les Restos du coeur ont besoin de cinq millions d'euros supplémentaires pour boucler leur budget pour 2011-2012.

Le conseiller régional UMP, Roger Karoutchi, a indiqué mardi sur Radio Classique/Public Sénat qu'il avait écrit au président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, afin de proposer que le conseil général "accorde une subvention exceptionnelle d'un million d'euros aux Restos du coeur. "C'est une très belle histoire de solidarité, il ne faut pas laisser tomber", a déclaré M. Karoutchi.

De son côté, le député UMP Lionnel Luca a rappelé dans un communiqué que "cinq millions d'euros, c'est démagogique pour les esprits forts qui ne font rien, mais c'est 5 millions de repas!". Cette somme de cinq millions d'euros équivaut au montant de la réduction de 10% des indemnités des députés qu'il a proposée, a insisté l'élu des Alpes-Maritimes qui avait déposé une proposition de loi organique en ce sens.

Nicolas Sarkozy visite l'entrepôt de Vitry

Les Restos du coeur, financés par 2/3 d'apports privés et un tiers d'apports publics, bénéficient notamment du programme européen d'aide alimentaire (PEAD) qui a obtenu un sursis de deux ans. Plus de 18 millions de personnes bénéficient chaque année du PEAD dans les vingt Etats membres participants.

Selon la Commission européenne, 51% des produits distribués en 2010 par les banques alimentaires provenaient de ce programme. En France, l'aide aux plus fragiles en dépend à près de 70%.

Le président Nicolas Sarkozy s'était rendu, le 22 décembre dernier, dans un entrepôt des Restos du coeur du Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine.

Vous êtes à nouveau en ligne