Remaniement : questions de casting et de calendrier

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Le remaniement viendra en son temps". Cette déclaration de François Hollande à l'hebdomadaire Paris-Match a mis le feu aux poudres. Pour la première fois, le président de la République envisage officiellement un changement de gouvernement et met en garde les ministres, "personne n'est protégé", "personne n'a d'immunité..." De quoi alimenter une machine à rumeurs qui tournait déjà à plein régime...

Les entrants, les
sortants, les promus, les sanctionnés, c'est parti pour le grand casting.

D'un mot, François
Hollande a enclenché un mécanisme
dont l'issue est maintenant irréversible.
"Il n'avait pas le choix ", confie un proche conseiller. "Depuis
un mois, tous les ministres en parlen
t" et spéculent sur l'avenir de tel
ou tel. A Bercy notamment, paquebot un peu trop chargé d'egos surdimensionnés. "C'est
un moyen de leur mettre la pression"
croit savoir un poids lourd de la
majorité. Il a eu le président au téléphone et l'a senti très agacé par les
"incroyables gamineries " de Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg, à
propos du dossier Dailymotion.

Un remaniement,
oui, mais pour quand ?

François Hollande ne fixe aucune échéance, minimise
l'Elysée. "Il prépare le terrain pour le moment qu'il aura choisi",
confirme un ministre qui le connaît bien, convaincu que "ce ne sera pas
avant fin juin, au terme de la première phase du quinquennat"
. "Un
remaniement c'est comme une dévaluation, ça ne marche que s'il y a un effet de
surprise
", prédit un conseiller. Surtout, ne pas réitérer l'erreur de
Nicolas Sarkozy qui, au début de l'été 2010, tentait d'échapper à la pression
médiatique en annonçant un remaniement pour l'automne avaient suivi des mois de
supputations et une action gouvernementale fortement perturbée... Exemple à
méditer.