Référendum en Nouvelle-Calédonie : "Ce vote est d'une très grande importance historique", estime François Bayrou

François Bayrou sur franceinfo le 23 novembre 2016.
François Bayrou sur franceinfo le 23 novembre 2016. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Pour le président du MoDem, ce vote exprime une "idée réelle et réaliste de la souveraineté partagée".

Alors que les résultats définitifs du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie n'étaient pas encore connus, François Bayrou, maire de Pau et président du MoDem, affirme dimanche 4 novembre sur France Inter que "ce vote est d'une très grande importance historique".

"Ce vote a plusieurs significations. La première est que la France est sortie de cette longue période qu'on appelle l'impérialisme, où il s'agissait pour les nations de prendre le contrôle de territoires et d'annexer leurs richesses," explique-t-il. "Le corps électoral s'est mobilisé à plus de 81%, soit plus que pour n'importe quelle autre consultation", a ajouté François Bayrou.

"Un devoir commun" 

"Confondre indépendance, souveraineté, séparation est une question extrêmement brûlante, c'est celle du siècle qui vient : qu'est-ce que l'indépendance si on n'est pas capables de prendre des décisions pour son propre compte ? C'est la question posée aux pays européens, c'est la même. Lorsque vous êtes en présence d'immenses puissances à la fois militaires et économiques, qui se moquent de savoir ce que veulent les autres, alors votre indépendance ne signifie rien", affirme le maire de Pau.

"C'est pourquoi nous avons le devoir d'imaginer que se rassemblent ceux qui ont une identité forte pour défendre leurs valeurs de civilisation. Là, on est dans une idée réelle et réaliste de la souveraineté partagée, et pas dans une idée de la domination. Maintenant, l'avenir est à la charge de ceux qui sont à la tête de la Nouvelle-Calédonie et à la tête de l'État en France. Il y a un devoir commun de bâtir quelque chose d'exemplaire, non seulement pour cette région, mais pour beaucoup d'autres régions du monde, étant donné la situation tellement originale de la France, présente sur tous les océans", a conclu le président du MoDem.

Vous êtes à nouveau en ligne