François Bayrou : "Il faut une organisation du renseignement anti-terroriste plus efficace"

François Bayrou, président du MoDem et maire de Pau, à l\'Elysée, le 25 juin 2016.
François Bayrou, président du MoDem et maire de Pau, à l'Elysée, le 25 juin 2016. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

François Bayrou était l'invité de Questions politiques sur franceinfo ce dimanche. Il s'est exprimé à propos de la lutte antiterrorisme en France, ainsi que de la primaire de la droite et du centre, en réaffirmant son soutien à Alain Juppé.

François Bayrou, invité de Questions politiques sur franceinfo a déclaré ce dimanche qu' "il faut une organisation du renseignement anti-terroriste plus efficace".

"Il faut qu'un juge soit dans le processus de décision", a-t-il ajouté. "Il me semble qu'on devrait mieux utiliser les compétences forgées [des juges, comme le juge Marc Trévidic, ancien juge spécialisé dans l'antiterrorisme, aujourd'hui vice-président du TGI de Lille, NDLR]".

Sur les propositions de Nicolas Sarkozy, François Bayrou a répondu : "Nicolas Sarkozy veut un parquet antiterroriste. Que je sache, il existe. Il faut des juges antiterroristes. Ils existent. (...) Ces choses existent déjà, donc c'est une mise en scène de proposition".

On a annoncé qu'on crée des unités de déradicalisation et elles ne sont toujours pas crééesFrançois Bayroufranceinfo

"On a un problème majeur. Ce n'est pas parce qu'on enferme les gens que ça met un terme à leur dangerosité. On a annoncé qu'on crée des unités de déradicalisation et elles ne sont toujours pas créées", a constaté François Bayrou.

Le maire de Pau s'est interrogé sur la manière de gérer les personnes radicalisées. "Inventer des unités où on puisse faire se retrouver des gens en voie de radicalisation et qu'au fur et à mesure, ils changent, ça me paraît la question centrale à traiter", a précisé François Bayrou.

Face à la primaire de la droite

Le maire de Pau s'est également exprimé à propos de la primaire de la droite et du centre. 

Il a réaffirmé son soutien à Alain Juppé mais a toutefois rappelé : "je ne voterai pas parce que si j'y participais [à la primaire], ça voudrait dire que j'accepte à l'avance le résultat de la primaire".

"Je suis déterminé à travailler avec Alain Juppé s'il remporte la primaire et je pense qu'il le peut", a ajouté François Bayrou. "Je pense que c'est un candidat équilibré (...) et je trouve que c'est quelqu'un qui est fiable (...). S'il est élu président de la République, on pourra avoir confiance en lui et bâtir autour de lui une majorité", a confié le président du MoDem. Il ajoute : "J'ai essayé de persuader Alain Juppé de ne pas participer à la primaire parce que la primaire, ça donne Trump comme on l'a vu aux États-Unis".

L'"erreur" de la réforme du collège

Concernant la réforme du collège, François Bayrou a été plus virulent. Il a vivement critiqué la réforme du collège qui s'applique depuis cette rentrée.

"La réforme du collège est une des plus graves erreurs commises en matière de politique éducative et l'alternance devra traiter cette question", a déclaré le président du MoDem.