Séisme en Ardèche : "800 maisons directement impactées" annonce Christophe Castaner lors des questions au gouvernement du Sénat

Public Sénat

Lors des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, Christophe Castaner a déclaré que 800 maisons et non plus 300 avaient été touchées par le séisme en Ardèche. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale a quant à lui défendu l’action du gouvernement sur sa politique en faveur des étudiants précaires.

Interrogé sur l’amplitude des dégâts causés par le tremblement de terre en Ardèche, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner l’a réévaluée à la hausse : "Le chiffre de 800 maisons directement impactées, qui font l’objet de fissures plus ou moins importantes, sur la seule commune du Teil est la réalité que nous sommes en train de constater."

Le ministre a également indiqué que "près de 300 personnes" avaient été relogées "dans trois sites différents".

Une commission d’experts se réunira la semaine prochaine pour examiner la demande de catastrophe naturelle, suite à ce séisme de magnitude 5,4 qui a fait quatre blessés.

Précarité étudiante : "Une réalité que nous avons prise à bras-le-corps depuis deux ans" assure Gabriel Attal

Répondant aux questions de deux sénateurs de gauche, rappelant la précarité d’un grand nombre d’étudiants et demandant au gouvernement d’agir en leur faveur, Gabriel Attal, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, a reconnu une "dure réalité qui est celle de la précarité étudiante. De la misère étudiante".

"Une réalité que nous avons prise à bras-le-corps depuis deux ans" a-t-il ajouté rapidement.

Et le secrétaire d’État de dérouler les actions du gouvernement en faveur des étudiants : "Nous avons supprimé la cotisation sécurité sociale qui était payée par les étudiants à chaque rentrée (…) Nous avons annoncé, il y a deux mois maintenant, une augmentation des bourses."

"Ces progrès on ne peut pas les nier" a-t-il renchéri, en expliquant que le gouvernement souhaitait poursuivre ce travail. Il a également contesté que le coût de la rentrée universitaire avait augmenté cette année.

Jeudi matin, Gabriel Attal va recevoir les organisations étudiantes : "Nous travaillons main dans la main avec [elles] dans le cadre de cette concertation. Et nous continuons à avancer pour garantir que les conditions de vie des étudiants s’améliorent dans les années qui viennent."

Vous êtes à nouveau en ligne