Quatre années de voeux présidentiels avant ceux de samedi

Voeux de Nicolas Sarkozy du 31 décembre 2010
Voeux de Nicolas Sarkozy du 31 décembre 2010 (DESK / FRANCE 2 / AFP)

Nicolas Sarkozy adressera samedi soir aux Français, pour la cinquième et dernière fois de son quinquennat, ses voeux de nouvel an. Des voeux sous le double signe de la crise économique et de l'élection présidentielle. Retour sur les voeux précédents.

Nicolas Sarkozy adressera samedi soir aux Français, pour la cinquième et dernière fois de son quinquennat, ses voeux de nouvel an. Des voeux sous le double signe de la crise économique et de l'élection présidentielle. Retour sur les voeux précédents.

Pour la dernière fois de son quinquennat, Nicolas Sarkozy adressera samedi ses voeux aux Français. Un exercice qui sera suivi à la loupe à quatre mois de la présidentielle de 2012. L'occasion de revenir sur les quatre précédents voeux présidentiels du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

2007: "ce que j'ai dit je le ferai"

Le 31 décembre 2007, lors de ses premiers voeux de président, Nicolas Sarkozy, qui se voulait le champion de la "rupture" avec la politique de ses prédécesseurs mais était déjà en chute libre dans les sondages après seulement huit mois de pouvoir, avait confessé "des erreurs". Nicolas Sarkozy était revenu sur son élection et avait affirmé comprendre l''attente d'un changement profond", affirmant "ce que j'ai dit, je le ferai".

Il avait promis une "deuxième étape" de son action et la mise en oeuvre d'une "politique de civilisation", formule dont nul ne peut vraiment dire aujourd'hui
ce qu'elle recouvrait.

En vidéo : voeux du 31 décembre 2007

2008: "l'année a été rude"

Sur une image nocturne de la tour Eiffel portant les couleurs de l'Europe, le 31 décembre 2008, Nicolas Sarkozy avait invité les Français à "faire des efforts" mais assuré que la France sortirait "plus forte" de la crise. Le monde venait d'être secoué par une crise financière mondiale plongeant les économies dans la récession. La France venait de présider l'Union européenne. Présentant ses voeux debout, il avait évoqué une "année rude". Revenant sur la crise, il affirme que "tous ceux qui en ont besoin seront protégés par l'Etat". Il affirmé: "la France a exigé des changements pour moraliser le capitalisme". Il évoque le plan de relance et les aides à l'automobile en contrepartie de l'engagement de ne "plus délocaliser". Pour l'année 2009, le président annonce des réformes (hôpital, lycée, justice...).

En vidéo : voeux du 31 décembre 2008

2009: "un monde nouveau a commencé à se construire"

Le 31 décembre 2009, l'intervention présidentielle s'ouvre sur l'image d'un drapeau tricolore. Nicolas Sarkozy avait souhaité que 2010 soit une "année de renouveau" après une année marquée, encore, par la crise. Il avait lors de ses voeux évoqué la numérisation des livres, le fonds souverain à la française, la loi hadopi... Il s'était notamment engagé à "faire reculer le chômage et l'exclusion", à consolider le système de retraites - ce qui sera fait - et à mettre en oeuvre une "taxe carbone", qu'il devra, en revanche, renoncer à mettre en oeuvre.

En vidéo : voeux du 31 décembre 2009

2010: " 2011 une année porteuse d'espérance"

Debout sur fond de facade élyséenne, le président Sarkozy avait, le 31 décembre dernier, a nouveau évoqué une année rude. "Je ne suis pas un homme qui renonce à la première difficulté", avait pourtant alors souligné le chef de l'Etat, selon qui les efforts consentis allaient porter leurs fruits et le mot "fraternité" retrouver tout son sens en 2010.

Le 31 décembre 2010, il reconnaissait que la crise financière et économique internationale avait exacerbé le sentiment d'injustice ressenti par les salariés français. Nicolas Sarkozy avait alors promis une année 2011 "utile" et "porteuse d'espérance", avec un retour de la croissance et, de nouveau, les premiers fruits des réformes engagées.

En vidéo : voeux du 31 décembre 2010

Vous êtes à nouveau en ligne