VIDEO. Stéphane Le Foll : "J'ai quand même un peu d'honneur ! Je ne suis pas là pour aller quémander auprès d'En Marche !"

FRANCEINFO

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, est satisfait de la victoire d'Emmanuel Macron. Pour autant, il écarte tout rapprochement avec En Marche ! pour les législatives.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est dit ce dimanche soir sur franceinfo "satisfait de voir Emmanuel Macron élu président de la République" et "satisfait surtout de voir Marine Le Pen au niveau où elle est".

Interrogé sur le rôle du Parti socialiste pour les cinq années à venir, le ministre a répondu que le PS devait "continuer à être une force de proposition". A la question de savoir s'il se rapprocherait du mouvement En Marche d'Emmanuel Macron, pour les législatives, Stéphane Le Foll s'est emporté : "Pourquoi voulez-vous que j'appelle, pourquoi voulez-vous que je demande ? J'ai quand même un peu d'honneur ! Je ne suis pas là en train de me vendre ! Je ne suis pas là en train de me dire, parce qu'il y a quelque chose qui s'est passé, tu bazardes tout ce que tu as été pendant 30 ans et puis au revoir ! Moi, je ne suis pas comme ça."

"Une ligne directrice" chez Macron qui est dans la continuité du quinquennat

S'il assure n'être pas là "pour aller quémander", Stéphane Le Foll reste "ouvert" et revendique une forme de continuité : "Dans le programme d'Emmanuel Macron, il y a des choses qui, clairement, ont tout à fait leur place dans un débat avec les socialistes", a-t-il estimé.

Pour Stéphane Le Foll, "on retrouve [chez le prochain président de la République] une ligne directrice qui correspond à ce que nous avons fait" ces cinq dernières années.

Pour le porte-parole du gouvernement, ce résultat est positif "pour la France, pour la République, pour l'enjeu de la France dans l'Europe et de la France dans le monde". "Et je pense que cette élection d'Emmanuel Macron doit aussi être un point de départ pour que la France soit capable de porter un message fort et surtout de construire quelque chose de fort", a ajouté Stéphane Le Foll.