VIDEO. L'unité nationale des politiques, après les attentats, ne va pas durer

FRANCE 3

L'unité nationale dans la classe politique a prévalu depuis les attentats contre Charlie Hebdo. Mais plus pour longtemps. Plusieurs sujets comme la loi Macron vont venir y mettre fin.

Le débat dans la classe politique commence à reprendre après l'unité nationale en vigueur depuis les attentats.

"Le jour d'après, c'est d'abord une attitude républicaine de chacune et chacun (...) Le débat démocratique est indispensable. Mais pour être à la hauteur de nos martyrs, le ton de débat démocratique doit être à la hauteur de ce que la France a vécu", a déclaré le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone.

"Pas de chèque en blanc pour François Hollande"

De son côté, Bruno Le Maire de l'UMP, pense que "le soutien à l'unité nationale ne veut pas dire chèque en blanc à la majorité actuelle. Moi je ne donne pas de chèque en blanc à François Hollande. Je dis juste que nous devons être à la hauteur des attentes des Français. Maintenant des décisions rapides et fortes doivent être prises".

"Ces évènements tragiques ont révélé la capacité de François Hollande a prendre des décisions lourdes, mais qui étaient aussi des bonnes décisions", déclare de son côté, la ministre de la Culture, Fleur Péllerin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne