Macron se met de nouveau les députés PS à dos après sa sortie sur les 35 heures

Le ministre de l\'Economie, Emmanuel Macron, à l\'université d\'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 27 août 2015. 
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 27 août 2015.  (ERIC PIERMONT / AFP)

Le ministre de l'Economie a déclaré, jeudi lors de l'université du Medef, que "la gauche avait cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées".

La nouvelle sortie d'Emmanuel Macron ne passe pas auprès des députés socialistes. Lors du discours de clôture de l'université d'été du Medef, le ministre de l'Economie a taclé les 35 heures. "La gauche a cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées", a-t-il déclaré, jeudi 27 août.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette phrase est une fausse bonne idée, a réagi, vendredi, le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, sur France info. Bien sûr, [Emmanuel Macron] a du talent. Mais chacun des socialistes doivent comprendre que dans cette situation de rentrée, où il y a des inquiétudes, les Français ont besoin de sécurité. Donc chacun doit faire attention à ses propos."

"Il a insulté Jean Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand, Lionel Jospin et Martine Aubry"

Chef de file des frondeurs, le socialiste Christian Paul s'était montré plus virulent la veille, sur i-Télé : "Je croyais que Nicolas Sarkozy était de retour mais je n'avais pas compris qu'il était de retour au gouvernement."

La petite phrase d'Emmanuel Macron a également fait sortir de ses gonds le député du Cher Yann Galut : "Il a, quelque part, insulté Jean Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand, Lionel Jospin et Martine Aubry, a-t-il réagi jeudi sur France infoOn ne peut pas, comme ça, renier toutes les valeurs de la gauche. Je demande à Manuel Valls une clarification, Emmanuel Macron se trompe sur le fond, et reprendre le discours du Medef et de la droite est irresponsable."

Guy Delcourt, député PS du Pas-de-Calais, met, de son côté, en garde le gouvernement après ces propos du ministre sur les 35 heures. Sur Twitter, l'élu met dans la balance une éventuelle explosion de la majorité à l'Assemblée si le choix du nouveau ministre du Travail, après la démission de François Rebsamen, n'est pas satisfaisant.

Vous êtes à nouveau en ligne