Vœux 2017 : comment François Hollande va soigner sa sortie

François Hollande prononce ses vœux aux Français, le 31 décembe 2015.
François Hollande prononce ses vœux aux Français, le 31 décembe 2015. (STRINGER / AFP)

Samedi 31 décembre à 20 heures, le président de la République prononcera ses derniers vœux présidentiels.

Des vœux en forme d'adieu. François Hollande prononcera, samedi 31 décembre à 20 heures, sa dernière allocution traditionnelle de fin d'année. Le président de la République devrait soigner ses ultimes vœux aux Français, d'autant que sa cote de popularité remonte depuis qu'il a annoncé qu'il renonçait à se représenter. Voici de quelle manière il va peaufiner sa prestation, selon des confidences recueillies par l'AFP. 

Il écrira un "texte très personnel"

Sur la forme, explique-t-on à l'Elysée, le président s'en tiendra à la tradition : une déclaration de moins de dix minutes enregistrée peu avant sa diffusion sur les chaînes de radio et de télévision dans le salon Alexandre III du palais présidentiel. Le chef de l'Etat "aura à cœur de soigner ces derniers vœux du quinquennat avec un texte très personnel qu'il écrira de la première à la dernière ligne", assure l'Elysée.

Il soulignera combien 2016 fut difficile

Le texte s'articulera autour d'un triple message. Premier message, le président commencera à souligner à quel point l'année 2016 fut difficile. Il devrait évoquer "une année d'épreuves, avec la guerre en Syrie, en Irak et aux portes de l'Europe, en Ukraine ou au Sahel, et les attentats de Magnanville, de Nice, de Saint-Etienne-du-Rouvray ou de Berlin".  

L'année qui s'achève restera marquée "par la montée des populismes en Europe et dans le monde et les incertitudes nées du Brexit", devrait également souligner François Hollande.

Il défendra son bilan

Deuxième message, en forme de défense de son bilan : "Les réformes commencent à porter leurs fruits." Le chef de l'Etat soulignera que "la reprise économique a commencé à s'affirmer et que le chômage a commencé à baisser". Novembre a été le troisième mois consécutif où Pôle emploi a enregistré une baisse du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (totalement sans activité), une première depuis huit ans.

Il livrera sa vision des enjeux de 2017

Quant au troisième message, il portera sur les enjeux pour 2017. En cette année marquée par la primaire de la gauche, les 22 et 29 janvier, et surtout par la présidentielle, le 23 avril et le 7 mai, puis les législatives des 11 et 18 juin, le président, selon un proche, "sera très vigilant sur les valeurs républicaines, la défense de nos valeurs sociales et du service public".

Depuis quelques semaines, le chef de l'Etat cible, sans le nommer, François Fillon, dans pratiquement tous ses déplacements. Il pointe le libéralisme de son programme. François Hollande ressent "une inquiétude face à la force de l'extrême droite et le programme de la droite, la plus dure, libérale et réactionnaire", confie un intime. Mais il s'alarme aussi de "ce qui menace la gauche : l'élimination au premier tour de la présidentielle dans un premier temps et sa disparition dans un second temps".