VIDEO. Comment Manuel Valls a finalement choisi Emmanuel Macron

FRANCEINFO

L'ancien Premier ministre a longuement hésité, mais il a fini par prendre position contre Benoît Hamon, pourtant vainqueur de la primaire de la gauche.

Entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron, Manuel Valls a fini par choisir. Mercredi 29 mars, l'ancien Premier ministre a annoncé sur BFMTV qu'il voterait pour son ex-ministre de l'Economie, dès le premier tour de l'élection présidentielle. Un choix que le perdant de la primaire de la gauche a justifié par le "risque", selon lui, qu'une possible élection de Marine Le Pen, au vu des sondages, ferait courir à la République.

Pourtant, lorsqu'il était encore chef du gouvernement, Manuel Valls avait eu des mots très durs contre Emmanuel Macron, qui venait de démissionner pour se lancer dans la course à l'Elysée. "Dans ce moment-là, on ne peut pas partir, on ne peut pas déserter", avait-il lâché à la fin août 2016. Ajoutant à la mi-novembre 2016 : "On ne s’improvise pas candidat à l’élection présidentielle" et renchérissant : "Il faut de l’expérience. (...) Il faut de la force et non pas de la légèreté."

Divorce acté avec Benoît Hamon

Une fois entré à son tour en campagne, après le renoncement de François Hollande, Manuel Valls avait alors pris pour cible son principal rival de la primaire de la gauche et futur vainqueur, Benoît Hamon. Et après sa défaite, Manuel Valls avait progressivement rompu avec l'ancien frondeur qui s'était tant de fois opposé au gouvernement à l'Assemblée, allant jusqu'à tenter une motion de défiance.

Actant le divorce et dénonçant le "sectarisme" et la "dérive" de ce représentant de l'aile gauche du Parti socialiste, Manuel Valls avait annoncé, mi-mars, qu'il ne parrainerait pas le vainqueur de la primaire. Mais, au final, sa décision de rallier Emmanuel Macron a surtout suscité un remerciement prudent du candidat d'En marche ! et l'indignation de son concurrent socialiste et des ténors du PS.

Vous êtes à nouveau en ligne