VIDEO. Primaire de la gauche : en plein débat sur i-Télé, Montebourg attaque Bolloré, propriétaire de la chaîne

Arnaud Montebourg, lors du deuxième débat de la primaire de la gauche, le 15 janvier 2017, à Paris.
Arnaud Montebourg, lors du deuxième débat de la primaire de la gauche, le 15 janvier 2017, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'ancien ministre de l'Economie a dénoncé "le mur des puissants", symbolisé, selon lui, par "la concentration des médias entre quelques mains".

Arnaud Montebourg a taclé avec virulence Vincent Bolloré pour sa politique envers la chaîne i-Télé, lors du deuxième débat de la primaire de la gauche, diffusé sur i-Télé, BFMTV et RMC. Vincent Bolloré est propriétaire du groupe Bolloré et à la tête des conseils de surveillance de Vivendi et du groupe Canal+ (propriétaire de la chaîne d'information en continu). Interrogé sur son style de présidence, Arnaud Montebourg a d'abord dénoncé "un mur des puissants, invisible mais bien réel".

L'ancien ministre de l'Economie a alors pris en exemple "la concentration des médias entre quelques mains pour éteindre le pluralisme". Interrogé par Laurence Ferrari, journaliste de i-Télé, sur sa capacité à résister aux puissants, l'ancien ministre ne répond pas et s'en prend à Vincent Bolloré et la chaîne i-Télé : "Il y a quand même votre chaîne Madame Ferrari, le propriétaire de votre chaîne qui est allé jusqu'à détruire son outil de travail pour empêcher le pluralisme."

"i-Télé est bien là"

Le candidat Montebourg s'en est ensuite pris aux banques, "aux grandes entreprises transnationales" et aux paradis fiscaux situés en Europe. A la fin de la réponse d'Arnaud Montebourg, Laurence Ferrari a tenu à répondre au candidat : "Concernant la chaîne que vous évoquez, i-Télé, elle est là, elle est bien là et je la représente ce soir Monsieur Montebourg."

Une réponse qui a inspiré un tweet au compte Twitter des salariés grévistes qui ont mené une grève de 31 jours en octobre et novembre : "Là moins 98 salariés, quand même." 

La séquence a aussi donné lieu à des échanges tendus sur Twitter entre Audrey Pulvar, l'ancienne compagne d'Arnaud Montebourg, qui a tenu à défendre sa collègue de i-Télé, et plusieurs journalistes. "Laurence Ferrari a très bien répondu à cette attaque ridicule. Applaudissements à la rédaction d'i-Télé", a tweeté Audrey Pulvar. "Quelle rédaction ? La question est quand même posée… Où est passée votre révolte ?", interroge par exemple un journaliste.

Vous êtes à nouveau en ligne