Primaire socialiste : Hollande battu par Montebourg, selon un sondage gardé secret par le PS

Arnaud Montebourg, le 24 août, à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire).
Arnaud Montebourg, le 24 août, à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). (JEFF PACHOUD / AFP)

L'étude a été menée entre le 1er et le 4 juillet, soit avant la déclaration de candidature d'Arnaud Montebourg à l'élection présidentielle, révèle "Le Point".

Ce sondage secret, commandé par le PS, ne devait pas être rendu public. Selon Le Point, Solférino a choisi de ne pas dévoiler une étude Ipsos, commandée par le parti, qui révèle que François Hollande serait battu par Arnaud Montebourg s'ils accédaient au deuxième tour de la primaire de la gauche.

Battu quelles que soient les hypothèses

En cas de participation à la primaire, Arnaud Montebourg arriverait en deuxième position au premier tour, quels que soient les candidats présents, indique ce sondage que s'est procuré le magazine. Dans l'hypothèse d'une participation de François Hollande et de Benoît Hamon, le chef de l'Etat obtiendrait la première place au premier tour (35% des suffrages), devant Arnaud Montebourg (32%). Il serait cependant battu au second tour par l'ancien ministre de l'Economie, qui récolterait 53% des suffrages. 

L'enquête a été menée par l'institut de sondage de façon confidentielle entre le 1er et le 4 juillet 2016, soit avant la déclaration de candidature d'Arnaud Montebourg à la présidentielle. Ipsos a interrogé 15 814 personnes inscrites sur les listes électorales, et, selon la méthode des quotas, n'ont été pris en compte que les sondés se déclarant "certains" d'aller voter, soit 6% des personnes interrogées. 

"Le résultat n'est pas celui annoncé dans les médias", affirme Cambadélis

Le PS a-t-il choisi de mettre sous le tapis ce sondage défavorable au chef de l'Etat ? Interrogé sur Europe 1 vendredi 26 août, Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, a démenti. "Le résultat n'est pas celui annoncé dans les médias, mais la victoire de François Hollande", a-t-il lancé sans donner plus d'explications.

Alors pourquoi le sondage n'a-t-il pas été rendu public ? "Je n'allais pas publier la victoire de François Hollande le 14 juillet vu les évènements qui se sont passés", s'est justifié Jean-Christophe Cambadélis, en évoquant l'attentat de Nice.

Vous êtes à nouveau en ligne