Parrainages, bureaux de vote, financement : voici les conditions fixées par le PS pour la primaire à gauche des 22 et 29 janvier

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadelis, le 28 août 2016 au congrès du parti à Paris.
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadelis, le 28 août 2016 au congrès du parti à Paris. (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

Le conseil national du Parti socialiste s'est prononcé, dimanche, sur les modalités d'organisation de la primaire à gauche.

Le conseil national du PS a approuvé, dimanche 2 octobre, à l'unanimité, les modalités de la primaire des 22 et 29 janvier qu'il organise avec ses partenaires de la Belle Alliance populaire. Le "parlement" du PS, qui avait décidé, le 18 juin, d'organiser cette primaire, a précisé plusieurs points jusqu'alors laissés dans le flou : conditions de parrainage, dotation financière pour les candidats ou encore nombre de bureaux de vote.

Marie-Noëlle Lienemann et Benoît Hamon, issus de la gauche du PS, sont d'ores et déjà candidats, tout comme François de Rugy (Ecologistes !) et Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate). Le PRG devrait faire connaître sa décision sur une éventuelle participation en décembre. Arnaud Montebourg, qui laisse planer le suspens sur sa participation à la primaire depuis son entrée en campagne à Frangy-en-Bresse le 21 août, pourrait dévoiler ses intentions, dimanche soir, sur TF1. Quant à François Hollande, ses proches ne doutent pas qu'il sera candidat.

Franceinfo fait le point sur les modalités fixées.

Des conditions de parrainage semblables à celles de 2011

Sans surprise, le parti a décidé de reprendre les conditions de parrainage de la primaire de 2011. Les candidats devront donc présenter les parrainages de :

• 5% des parlementaires PS

• ou 5% des membres titulaires du conseil national du PS

• ou 5% des maires des villes de plus de 10 000 habitants, répartis dans dix départements et quatre régions

• ou 5% des conseillers régionaux et départementaux de dix départements et quatre régions.

Date limite des candidatures : 15 décembre

Le calendrier a été précisé : la Haute Autorité des primaires citoyennes prendra ses fonctions le 5 octobre, avant le lancement, le 17 octobre, du site internet de la consultation. Les candidats pourront se déclarer entre le 1er et le 15 décembre, avant que ne commence officiellement la campagne, le 17 décembre. Le verdict sera rendu à l'issue du deuxième tour, le 29 janvier, et le candidat sera investi en bonne et due forme le 5 février, lors d'une convention.

Un financement de 50 000 euros par candidat

Le PS s'est également engagé à mettre "à la disposition des candidat-es issus de ses rangs (...) une dotation de 50 000 euros dans le respect de la législation, la diffusion des professions de foi à ses militant-es et des locaux au sein du siège, ainsi que son service d'ordre." Certains candidats, comme Arnaud Montebourg, avaient réclamé une dotation supérieure mais devront faire avec s'ils veulent se présenter.

"Au moins 8 000" bureaux de vote

Le PS, qui avait ouvert, en 2011, quelque 9 400 bureaux de vote, s'est engagé à en déployer cette fois-ci "au moins 8 000".

Un euro par tour pour pouvoir voter

Chaque votant devra s'acquitter d'un euro par tour pour pouvoir faire entendre sa voix. Pourront voter tous les Français inscrits sur les listes électorales, les mineurs en âge de voter pour l'élection présidentielle ainsi que les adhérents étrangers ou âgés d'au moins 16 ans des partis co-organisateurs de la primaire. En signant la feuille d'émargement dans chaque bureau, les votants affirmeront "se reconnaître dans les valeurs de la gauche".

Vous êtes à nouveau en ligne