Primaire de la gauche : Montebourg le plus convaincant du débat devant Valls et Hamon, selon un sondage

Arnaud Montebourg, Jean-Luc Bennahmias, Francois de Rugy, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Manuel Valls et Sylvia Pinel, jeudi 12 janvier.
Arnaud Montebourg, Jean-Luc Bennahmias, Francois de Rugy, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Manuel Valls et Sylvia Pinel, jeudi 12 janvier. (PHILIPPE WOJAZER / POOL)

Lors du premier débat pour la primaire de la gauche qui s'est déroulé jeudi soir, Arnaud Montebourg a été le candidat le plus convaincant, selon un sondage Odoxa pour franceinfo publié vendredi.

Arnaud Montebourg a été jugé le plus convaincant jeudi 12 janvier, lors du premier débat pour la primaire de la gauche. Selon un sondage Odoxa pour franceinfo et Dentsu Consulting* publié vendredi 13 janvier, Arnaud Montebourg arrive en tête (33%), devant Manuel Valls (27%) et Benoît Hamon (20%), pour les personnes interrogées qui ont suivi le débat. Les quatre autres candidats arrivent loin derrière : Vincent Peillon a été le plus convaincant pour 7% des sondés, Sylvia Pinel pour 4%. Viennent ensuite Jean-Luc Bennahmias (3%) et François de Rugy(3%).

Un match à trois, mais dans quel ordre ?

Les sympathisants de gauche citent le même trio de tête mais dans un ordre différent. Pour une majorité d'entre eux, c'est Manuel Valls (34%) qui a été le plus convaincant jeudi soir, devant Benoît Hamon (27%) et Arnaud Montebourg (25%). Viencent Peillon (7%) suit, avec Sylvia Pinel (4%), Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy (3% tous les deux).

"Il apparaît donc difficile de les départager sur leur prestation de jeudi soir", a analysé Gaël Sliman, le président d'Odoxa. "Mais notre sondage apporte une double confirmation : Valls n'est pas un favori indiscutable et le match ne se jouera ni à deux, ni à sept, mais à trois."

Une qualification impossible pour le deuxième tour

Autre enseignement de ce sondage, une certain fatalisme chez les Français comme chez les sympathisants de gauche : la qualification serait impossible tant pour le futur vainqueur de la primaire que pour Macron ou Mélenchon, si tous trois se présentent au premier tour de la présidentielle. 62% des Français et surtout 65% des sympathisants de gauche en sont persuadés.

La défaite semble donc inéluctable : fatalistes encore, les Français ne pensent pas pour autant qu’il faudrait que Macron ou le candidat issu de la primaire de la gauche se désiste l'un pour l’autre. 59% des Français ne le pensent pas et ceux qui estiment que l’un des deux devrait se désister sont à peu près aussi nombreux à penser qu’il faudrait que ce soit le futur vainqueur de la primaire (22%) plutôt qu’Emmanuel Macron (16%).

*Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 12 et 13 janvier 2017 avant et après le premier débat de la primaire de gauche. Echantillon de 985 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 452 personnes interrogées avant le débat et 533 personnes interrogées après le débat. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Vous êtes à nouveau en ligne