Benoît Hamon : "La question se pose même de savoir s’il ira au bout de sa candidature" estime Nicolas Bay

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, sur le plateau de franceinfo.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, sur le plateau de franceinfo. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Benoît Hamon a été investi candidat du Parti socialiste et de ses alliés, dimanche, devant Manuel Valls. Invité de franceinfo, Nicolas Bay, secrétaire-général du Front national, a estimé que "l'essentiel va se jouer entre François Fillon et Emmanuel Macron".

Benoît Hamon a remporté la primaire de la gauche avec 58,9% des voix, dimanche 30 janvier. En face, Manuel Valls a rassemblé 41,1% des suffrages. Mais cette victoire n'inquiète pas le Front national. Son secrétaire-général, Nicolas Bay, a déclaré lundi sur franceinfo que "l’essentiel va se jouer entre François Fillon et Emmanuel Macron, pour savoir qui sera face à Marine Le Pen au second tour."

Pour lui, Benoît Hamon "ne sera pas président de la République au niveau électoral". Il a dit son incertitude quant à la pérennité  de sa candidature : "La question se pose même de savoir s’il ira au bout de sa candidature tant on voit qu’un certain nombre au PS tourne les yeux vers Macron" a-t-il déclaré.

Nicolas Bay attaque sur le thème de la laïcité

Benoît Hamon est "le candidat du communautarisme", a attaqué Nicolas Bay, revenant sur le thème de la laïcité. "Il est le candidat de la bienveillance au regard de l’islamisme" a-t-il asséné.

Quant à la légitimité de François Fillon, dans la tourmente depuis les révélations sur l’emploi présumé fictif de sa femme comme attachée parlementaire pendant huit ans, Nicolas Bay a répondu qu'"il faut laisser la justice travailler". Le secrétaire-général du Front national a lancé, à la fin de l'interview : "Aujourd’hui les Français découvrent un François Fillon qui défend les intérêts d’une toute petite catégorie au détriment d’une majorité des Français".

Vous êtes à nouveau en ligne