Le renoncement de Hollande fait de la primaire "un moment de responsabilité collective", estime Christian Paul

Le député PS frondeur Christian Paul lors d\'un discours à Bondy, le 26 novembre 2017.
Le député PS frondeur Christian Paul lors d'un discours à Bondy, le 26 novembre 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)

François Hollande a annoncé jeudi 1er décembre qu'il se ne se présenterait pas à l'élection présidentielle 2017. Pour Christian Paul, député PS frondeur de la Nièvre et soutien d'Arnaud Montebourg, la primaire "est un moment de responsabilité collective". 

Christian Paul, député PS frondeur de la Nièvre et soutien d'Arnaud Montebourg pour la primaire de la gauche, a estimé vendredi 2 décembre sur franceinfo que le renoncement de François Hollande à l'élection présidentielle 2017, "ce n’est pas tant l’échec d’un homme que la défaite d’une politique". "Une fois dépassée l'émotion, il faut tourner la page de ce quinquennat", a ajouté celui qui est l'un des chefs de file des frondeurs du PS. "Je soutiens Arnaud Montebourg, et cette primaire (...) il peut la gagner".

Le député de la Nièvre a notamment insisté sur la nécessité de mener à bien la primaire à gauche : "Je pense que cette primaire, qui ne doit pas être un règlement de comptes, va avoir un intérêt très fort. C’est notre responsabilité d’en faire un immense évènement démocratique."

Pour Christian Paul, "cette primaire est un moment de responsabilité collective", et un élément important pour recréer de l'unité à gauche. "Sans la primaire, il n’y aura pas d’unité possible dans les prochains mois à gauche, tant les différences qui se sont affirmées sont importantes. Grâce à la primaire, on peut penser qu’il y aura rassemblement", a conclu Christian Paul.