Présidentielle : six Français sur dix estiment que Manuel Valls a tort de soutenir Emmanuel Macron

Manuel Valls et Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet 2016 à Paris.
Manuel Valls et Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet 2016 à Paris. (THIBAULT CAMUS / POOL / AP POOL)

Selon un sondage Odoxa pour franceinfo rendu public vendredi, 61% des Français estiment que Manuel Valls a tort de soutenir le candidat d'En Marche ! car il "trahit son engagement à soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche".

En révélant cette semaine qu'il voterait pour Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche ! au premier tour de l'élection présidentielle, Manuel Valls "trahit son engagement à soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche" aux yeux de 61% des Français, selon un sondage Odoxa pour franceinfo dévoilé vendredi 31 mars 2017. Seuls 37% des personnes interrogées trouvent qu'il a eu "raison car c'est un choix cohérent avec ses idées".

Les sympathisants socialistes sont les plus divisés sur cette question, "ils sont à l'image du parti : écartelés", note Céline Bracq, la directrice générale d'Odoxa. 52% d'entre eux donnent tort à l'ancien Premier ministre et 48% lui donnent raison. En revanche, c'est beaucoup plus tranché chez les sympathisants de gauche hors PS : les deux-tiers (73%) d'entre eux pensent qu'il a tort.

Manuel Valls, un handicap

"Incompris, ce soutien apparaît également contre-productif aux yeux d'une majorité de Français", poursuit Céline Bracq. 60% des personnes interrogées pensent que Manuel Valls est plutôt un handicap pour Emmanuel Macron, quand 38% jugent qu'il est un atout. D'ailleurs, le candidat d'En Marche ! a immédiatement déclaré qu'il serait "le garant du renouvellement des visages et des pratiques".

Un renouvellement souhaité, là aussi, par une large majorité de Français : 72% jugent qu'Emmanuel Macron, s'il est élu, devra nommer dans son gouvernement "uniquement des personnalités qui n'ont jamais été ministres jusque-là". Sur cette question, les sympathisants d'En Marche ! sont encore plus unanimes, analyse Céline Bracq : "Pourtant partisans d'un ancien ministre, ils sont 74% à ne plus vouloir revoir ses pairs à l'avenir."

Enquête Odoxa pour franceinfo réalisée par internet les 29 et 30 mars auprès d'un échantillon de 1 019 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles : 251 sympathisants de gauche (135 de gauche hors PS et 116 du PS), 183 sympathisants de droite hors FN, et 163 sympathisants du FN.

Vous êtes à nouveau en ligne