INFOGRAPHIE. Le PS a perdu les deux tiers de ses adhérents en dix ans

Lors de la clôture des Etats généraux du socialisme, le 6 décembre 2014, à Paris.
Lors de la clôture des Etats généraux du socialisme, le 6 décembre 2014, à Paris. (MAXPPP)

Ils sont environ 100 000 à l'heure actuelle, selon les chiffres donnés par Jean-Christophe Cambadélis. 

Le PS va mal, très mal. Alors que les proches de François Hollande lancent l'initiative Hé oh la gauche, lundi 25 avril, pour tenter de promouvoir les aspects positifs du quinquennat en cours, le Parti socialiste continue à subir une importante hémorragie de militants.

Selon les derniers chiffres – approximatifs – donnés par son Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, le PS ne compterait plus que 100 000 adhérents. Et d'ici la fin avril, quelque 26 000 d'entre eux pourraient être radiés, faute d'avoir réglé leur cotisation depuis plus de deux ans, affirme Le Figaro.

L'opacité règne sur le nombre de militants au sein des partis politiques, ces dernières rechignant souvent à communiquer des données claires. Pour établir ce graphique, francetv info s'est donc appuyé sur des chiffres parus dans la presse, ainsi que sur le nombre de personnes inscrites sur les listes du PS lors des congrès de Reims (2008), Toulouse (2012) et Poitiers (2015).

Depuis 2006, le PS a ainsi perdu plus de la moitié de ses troupes. Cette année-là, il avait atteint un record avec 280 000 inscrits, grâce à une campagne d'adhésion à 20 euros et l'engouement suscité par la pré-campagne électorale de 2007.

Au vu de l'évolution des adhésions, il semble improbable, voire impossible que l'objectif de 500 000 militants, fixé en 2014 par Jean-Christophe Cambadélis pour la campagne de 2017, soit atteint. En 2012, même la campagne victorieuse de François Hollande n'avait pas réussi à endiguer les départs.

Vous êtes à nouveau en ligne