Les accessoires qui font mouche à l'Assemblée

FRANCEINFO

Brandir un objet à l'Assemblée pour exprimer son mécontentement, comme la France insoumise, n'est pas si nouveau. 

Les députés de la France insoumise ont encore fait parler d'eux en brandissant des courses à 5€ à l'Assemblée nationale pour dénoncer la baisse des APL. L'idée n'est pas nouvelle.

12 mai 2004. Gilles de Robien, ministre des Transports, annonce l'arrivée des éthylotests à 1€ sur le marché, en soufflant dedans devant les députés. 20 novembre 2013, un député UMP brandit un attrape-rêves pour dénoncer la politique du gouvernement. "Je vous recommande d'en accrocher autour de Matignon et de l'Élysée."

Un chèque de 140 milliards d'euros

19 avril 2013, un autre député UMP brandit une ballerine pour dénoncer les arrestations de militants de la Manif pour tous. Le 21 février 2012, Nicolas Dupont-Aignan exhibe un faux chèque géant de 140 milliards d'euros à l'ordre de l'UE. Il voulait dénoncer la ratification du Mécanisme européen de stabilité. D'autres députés n'ont pas eu besoin d'objet pour manifester leur mécontentement, comme Henri Emmanuelli et son doigt d'honneur.

Vous êtes à nouveau en ligne