Élections européennes : "Évidemment" qu'il faut s'unir avec La France insoumise, estime le socialiste Julien Dray

Julien Dray, conseiller régional PS d’Île-de-France, le 23 septembre 2016 sur franceinfo. 
Julien Dray, conseiller régional PS d’Île-de-France, le 23 septembre 2016 sur franceinfo.  (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Le conseiller régional d’Île-de-France envisage même qu'il n'y ait pas de tête de liste socialiste.

"Il faut s'unir" à gauche pour les prochaines élections européennes, "évidemment" aussi avec La France insoumise, a estimé samedi 2 février sur franceinfo Julien Dray, conseiller régional PS d’Île-de-France et fidèle de François Hollande. "On peut envisager" qu'il n'y ait pas de tête de liste socialiste aux élections européennes, poursuit-il, "s'il y a un grand accord de toute la gauche".

"Il n'y a pas une bonne gauche contre une mauvaise gauche. Il n'y a pas une gauche propre sur elle et une gauche insoumise. Surtout quand La France insoumise représente ce qu'elle représente", a-t-il expliqué. "Cela peut ne pas faire plaisir à certains, mais c'est une réalité, on ne peut pas les exclure. Sinon, comment on reconstruit la gauche ? Simplement par un rapport de force ?"

"Primaires des idées"

"Depuis que la gauche existe, la question de son union se pose. Et pour qu'elle gagne, il a toujours fallu qu'elle soit capable de se rassembler et de s'élargir à tous ceux qui sont humanistes, progressistes, etc..." a résumé cet historique du Parti socialiste. "Et puis il faut s'unir sur le fond, n'ayons pas peur de discuter, parce que, de toutes façons, pour changer le monde, il faut discuter avant pour se mettre au clair".

"Il ne faut pas s'unir n'importe comment. Il y a un projet européen à redéfinir et ça ne doit pas se réduire à des petits appareils politiques. On a fait des primaires pour désigner des candidats aux élections présidentielles. On pourrait aussi faire des primaires des idées" a proposé Julien Dray. "On pourrait se mettre d'accord sur un manifeste, pointer les désaccords et demander à tous les électeurs de gauche leur sentiment. Ce serait même une réponse démocratique à ce qui est demandé aujourd'hui dans le pays"  a-t-il estimé. 

Vous êtes à nouveau en ligne