L'ancienne députée Danièle Hoffman-Rispal est morte à l'âge de 68 ans

La députée socialiste Danièle Hoffman-Rispal, le 28 mai 2013, à l\'Assemblée nationale. 
La députée socialiste Danièle Hoffman-Rispal, le 28 mai 2013, à l'Assemblée nationale.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Encartée au Parti socialiste en 1974, cette Parisienne de naissance deviendra au fil des années une figure politique de la capitale : conseillère de Paris, première adjointe puis députée.

Sa voix rocailleuse s'est tue à tout jamais. L'ancienne députée socialiste de Paris, Danièle Hoffman-Rispal, est morte dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 avril, à l'âge de 68 ans. Encartée au Parti socialiste en 1974, cette Parisienne de naissance deviendra au fil des années une figure politique de la capitale. 

En 1995, elle est élue conseillère de Paris dans le 11e arrondissement. En 2001, Bertrand Delanoë la nomme première adjointe, et ce jusqu'en 2008. En 2002, elle devient députée de Paris, fauteuil qu'elle laissera à Cécile Duflot en 2012, avant de le récupérer lorsque celle-ci fera son entrée au gouvernement. Sur Twitter, l'ex-ministre du Logement parle d'ailleurs de son "affection" et son "respect" pour Danièle Hoffman-Rispal.

De nombreux élus de la capitale lui rendent également hommage. A commencer par l'actuelle maire de Paris, Anne Hidalgo, qui perd une "amie".

"Tu étais une boule d'énergie, de volonté et d'amour. Trouve le repos et dis-toi que nous t'aimons fort et que tu vas nous manquer, infiniment !", a réagi le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire.

D'autres personnalités politiques de gauche ont adressé un message. Parmi elles, Olivier Faure, l'actuel premier secrétaire du PS, mais aussi son prédécesseur Jean-Christophe Cambadélis.

Vous êtes à nouveau en ligne