Manifestations contre la loi "sécurité globale" : forte mobilisation partout en France

France 2

Samedi 28 novembre, la mobilisation contre la loi "sécurité globale" a été forte partout en France. À Paris, le cortège s'est déplacé entre la place de la République et la Bastille.

Samedi 28 novembre après-midi, une foule dense est partie de la place de la République à Paris, signe que la mobilisation contre la loi "sécurité globale" s'amplifie. La mobilisation a été alimentée par l'accumulation des cas de violences policières et, notamment, le récent tabassage d'un producteur de musique. "Quand on a vu la vidéo du pauvre mec, si ça n'avait pas été filmé, il serait en tôle", critique un manifestant.

Le retrait de la loi "sécurité globale"

Dans le cortège parisien, une ancienne policière était présente. "C'est un déshonneur pour nous, et la confiance dans la population, elle ne reviendra que si ce sentiment d'impunité disparaît", juge-t-elle. Dans les rues de Paris, 46 000 personnes ont manifesté d'après la police, soit au moins sept fois plus que la semaine passée. Différents mouvements de la société civile, notamment les journalistes, ont été à l'origine de la mobilisation. "Il n'y a qu'une réponse aujourd'hui pour apaiser le pays. Ce n'est pas seulement le retrait de l'article 24, c'est le retrait de cette loi", avance Edwy Plenel, cofondateur de Mediapart. Cet article 24, controversé, interdit la diffusion d'images dites malveillantes des forces de l'ordre. La préfecture avait prévu 1 800 hommes pour ce qui devait être, à l'origine, un rassemblement statique. La préfecture a annoncé 46 interpellations. "Cette journée de défense des libertés est un immense succès, estime la coordination à l'origine de cet appel", rapporte le journaliste Lionel Feuerstein, en direct de la place de la Bastille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne