Programme : Nicolas Sarkozy présente un document regroupant 32 propositions principales

Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse
Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse (FTV)

Nicolas Sarkozy a donné une conférence de presse, jeudi 5 avril à Paris, consacrée à son programme présidentiel. Le candidat de l'UMP a annoncé la distribution à plusieurs millions d'exemplaires d'une "lettre aux Français" dont il est l'auteur.

Nicolas Sarkozy a donné une conférence de presse, jeudi 5 avril à Paris, consacrée à son programme présidentiel. Le candidat de l'UMP a annoncé la distribution à plusieurs millions d'exemplaires d'une "lettre aux Français" dont il est l'auteur.

Avant de répondre aux questions des journalistes au cours d'une conférence de presse, jeudi 5 avril à Paris, Nicolas Sarkozy a exposé quelques points de son programme. Il n'a pas fait de présentation détaillée et chiffrée de celui-ci.

Le candidat de l'UMP a annoncé qu'une "lettre aux Français" dont il est l'auteur sera distribuée à plusieurs millions d'exemplaires. Il y expose ses valeurs et sa vision de la France pour les années à venir.

S'agissant de son programme, voici quelques points essentiels évoqués au cours de sa conférence de presse.

Equilibre budgétaire - Le retour à l'équilibre budgétaire en 2016 nécessitera un effort de 53 milliards d'euros qui s'obtiendra pour "les trois quarts" grâce à une réduction des dépenses."Le quart restant" se fera "par la hausse des recettes", a ajouté le candidat de l'UMP.

Le déficit public passerait de 5,2% du PIB en 2011 à 4,4% en 2012, 3,0% en 2013, 2,0% en 2014, 1,0% en 2015 et 0,0% en 2016, avec un excédent de 0,5% en 2017. Ce chiffrage repose sur des prévisions de croissance du PIB de 0,7% en 2012, 1,75% en 2013, 2,0% en 2014, 2% en 2015, 2016, 2014.

Réduction des effectifs des collectivités locales - Les collectivités locales devront "réduire" leurs effectifs et leurs dépenses. "En contrepartie, l'Etat ne leur imposera plus aucune norme de manière unilatérale et les collectivités qui n'accepteront pas cette démarche contractuelle verront leur dotation diminuer", a-t-il ajouté.

Gel de la contribution française au budget de l'UE - "Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d'euros par an", a déclaré M. Sarkozy.

Vote de la "règle d'or" - Le président sortant, en cas de réélection, fera voter la "règle d'or" budgétaire "dès l'été 2012". Il a fustigé à nouveau l'opposition du Parti socialiste, la seule formation politique en Europe, selon lui, "qui n'a pas voulu prendre cet engagement".

Délocalisation et défiscalisation - M. Sarkozy propose de supprimer les défiscalisations liées aux délocalisations

L'Espagne "emporté dans une crise de confiance" - Le président-candidat s'est attardé sur la situation de l'Espagne, "ce grand pays" qui est "aujourd'hui "emporté dans une crise de confiance", pour justifier son objectif "absolument impératif" d'un retour à l'équilibre des finances publiques en 2016.

Le candidat de l'UMP a souligné "l'incapacité [de l'Espagne] à être au rendez-vous des engagements pris", la "hausse faramineuse des taux d'intérêt" de la dette espagnole, ainsi que la "nécessité de baisser les retraites et de diminuer les salaires" dans ce pays.

Retraites versées le 1er du mois - Le candidat de l'UMP a promis, s'il est réélu à l'Elysée, de verser les retraites au 1er du mois et non plus le 8 comme c'est le cas actuellement.

Cette mesure va changer "la vie quotidienne de 15,5 millions de Français retraités" et permettre à certains de ne plus avoir des "comptes en banque déficitaires", a-t-il assuré.

"Matraquage fiscal" de François Hollande - "Nous ne pouvons pas éviter de parler de la question de la fiscalité. Le matraquage fiscal promis aux familles et aux classes moyennes par le candidat socialiste est une question qui doit être au centre de la campagne", a dit M. Sarkozy qui a aussi fustigé "un festival de dépenses nouvelles" proposé par M. Hollande.

Rendez-vous à la Concorde - Assurant sentir une "mobilisation", une "vague", il a ajouté : "j'appelle tous ceux qui se retrouvent dans les idées, le projet, les valeurs que je défends à se retrouver
le 15 avril prochain dans l'après-midi sur la place de la Concorde à Paris". "Je leur donne rendez-vous par milliers et par milliers", a-t-il dit.

Cette rencontre aura lieu une semaine avant le premier tour du scrutin présidentiel et le même jour qu'un meeting de M. Hollande au Château de Vincennes.

Vous êtes à nouveau en ligne