Programme de Nicolas Sarkozy : "Tout ça pour ça", raille le camp Hollande

En présentant son projet, Nicolas Sarkozy s\'est exposé aux critiques.
En présentant son projet, Nicolas Sarkozy s'est exposé aux critiques. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"Il ne s’est rien produit", selon François Hollande, "un candidat hésitant et crispé", pour Michel Sapin. Après l’annonce par Nicolas Sarkozy de son programme, jeudi, les ténors socialistes ont moqué "un soi-disant projet", dixit Pierre Moscovici.

"Il ne s'est rien produit", selon François Hollande, "un candidat hésitant et crispé", pour Michel Sapin. Après l'annonce par Nicolas Sarkozy de son programme, jeudi, les ténors socialistes ont moqué "un soi-disant projet", dixit Pierre Moscovici.

Le fond et la forme. Les lieutenants de François Hollande, et le candidat lui-même ont été prompts à réagir à la présentation du programme de Nicolas Sarkozy, jeudi 5 avril, tant sur le projet en lui-même que sur la manière de l'annoncer.

En déplacement à Narbonne puis à Nîmes, le candidat socialiste a donné le la, tandis que Michel Sapin, en charge du projet, Najat Vallaud-Belkacem et Bruno Le Roux, ses porte-paroles tenaient un point presse de riposte au QG de campagne du député de Corrèze.

François Hollande : "il ne s'est rien produit"

Ce projet du président-candidat, "c'est la prolongation des erreurs et des échecs. Il avait annoncé un grand événement. Comme souvent, il ne s'est rien produit. Toutes les mesures qu'il a égrenées, nous les connaissions déjà. C'est son bilan en pire", a attaqué François Hollande, qui a jugé que Nicolas Sarkozy n'avait que "l'austérité comme seule perspective".

Sur la forme, Michel Sapin, ami de longue date de François Hollande et responsable de son projet, a trouvé un Nicolas Sarkozy "hésitant, crispé, mal à l'aise" et même "un peu perdu". "Au fond, il n'y croit pas. C'était un exercice obligé pour lui, il a voulu le faire le plus tard possible, le moins précis possible", a-t-il poursuivi, offensif.

Louis Aliot (FN) : "Sarkozy fait campagne sur nos idées"

"Beaucoup de bruit pour rien : un soi-disant projet qui est un non-événement sur le fond, une compilation de mesures déjà annoncées et toujours pas financées, en décalage total avec la réalité économique et les préoccupations des Français, une gesticulation de plus", a estimé de son côté Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat socialiste, dans un communiqué titré : "un projet de destruction et de régression qui affaiblit la France et oublie les Français".

Mais les mesures avancées par Nicolas Sarkozy n'ont pas fait réagir qu'au Parti socialiste. Dans un texto envoyé à l'AFP, Olivier Besancenot, soutien du candidat du NPA à la présidentielle Philippe Poutou, propose une "suggestion postale" avec une "opération retour à l'envoyeur".

Quant au Front national, il a répliqué par la voix de Louis Aliot. Le vice-président du FN, en déplacement à Bordeaux, a moqué l'opération de Nicolas Sarkozy pour siphonner les voix frontistes. "Sarkozy fait campagne sur nos idées, a-t-il lâché. Il a déjà commencé et il continue, sa lettre aux Français ce n'est que ça. Ca a bien marché en 2007. Il ne renouvellera pas cet exploit même s'il fera tout pour y arriver".

Vous êtes à nouveau en ligne