Présidentielle de 2017 : pour Hollande, "l’enjeu c’est la démocratie"

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Invité mardi soir de l’association de la presse présidentielle, le chef de l'Etat François Hollande s'est posé en gardien de la démocratie et a rejeté l’idée émise par Manuel Valls mardi matin dans les colonnes de Libération d'un financement public du culte musulman.

Il n'y aura pas de financement public du culte musulman. Le président de la République a fermé la porte à l’idée émise par Manuel Valls mardi matin dans les colonnes de Libération. Le chef de l'Etat a insisté sur la création d’une fondation pour l’Islam de France qu’il verrait bien présidée par Jean-Pierre Chevènement.

"L’enjeu c’est la démocratie ", répète François Hollande. La démocratie visée par les terroristes, visée par les attaques de la droite et de l’extrême droite : le président se pose donc en gardien… En somme, gardien de l’Etat de droit face à la tentation sécuritaire et/ou autoritaire.

Aux yeux du chef de l’Etat, depuis Nice et la surenchère d’une grande partie de l’opposition, deux visions de la démocratie s’affrontent, même s’il n’y a pas d’un côté les démocrates et les anti-démocrates, s’empresse-il de préciser. Mais là où en 2012 les enjeux de l’élection étaient la finance et le chômage, c’est davantage selon lui sur la conception de la démocratie que se jouera 2017.

Hollande est persuadé que la gauche incarnera la raison

Face aux terroristes qui espèrent un affrontement autrement que dans le cadre du suffrage universel, face aux pressions des candidats et de ceux qu’il appelle les "candidats possibles " comme Nicolas Sarkozy, François Hollande est persuadé que la gauche incarnera la raison et ne cèdera pas.

"Nous avons déjà fait suffisamment de lois, beaucoup de lois, mais il y a une limite : le préambule de la Constitution, qui n’est pas une argutie ", lâche-t-il encore en référence aux propos de son prédécesseur. François Hollande a choisi et rôde son axe de campagne : il sera le rempart.

Vous êtes à nouveau en ligne