Présidentielle de 2017 : assouplissement de la règle de l'égalité stricte du temps de parole

FRANCE 2

Véritable casse-tête pour les médias, la règle de l'égalité du temps de parole permet aux petits candidats de bénéficier d'une belle exposition.

En 2012, l'égalité du temps de parole devait être respectée dans les médias, pour tous les candidats, pendant les cinq semaines qui précédaient le premier tour des élections présidentielles. Pour chaque quart d'heure de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy, chacun des huit autres candidats - de Philippe Poutou à Jacques Cheminade - a bénéficié de son quart d'heure d'antenne. En 2017, cette égalité stricte sera ramenée à deux semaines. Le reste du temps, ce ne sera plus la règle de l'égalité qui prévaudra, mais celle de l'équité, déterminée en fonction de la représentativité de chacun.

Validation nécessaire par le Conseil constitutionnel

"Trois partis dominants monopoliseront l'expression publique. On n’a jamais vu ça depuis la création de la présidentielle", s'offusque Nicolas Dupont-Aignan, président de Débout la France. Mais la règle de l'égalité stricte rendait le suivi des cinq dernières semaines de campagne presque impossible pour les médias audiovisuels. La couverture médiatique s'en trouverait réduite au strict minimum. C'est à la demande des chaînes de télévision que les règles changent. Mais cette modification devra être validée par le Conseil constitutionnel.
Vous êtes à nouveau en ligne