Pour Montebourg, Barroso "est le carburant du Front national"

Arnaud Montebourg, le 26 avril 2013.
Arnaud Montebourg, le 26 avril 2013. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Invité sur France Inter, le ministre du Redressement productif a vivement critiqué le président de la Commission européenne. 

Arnaud Montebourg s'en prend au président de la Commission européenne. Invité de France Inter dimanche 23 juin, le ministre du Redressement productif a accusé José Manuel Barroso d'être "le carburant du Front national" pour ses propos sur l'exception culturelle française. Il avait déclaré que la position française sur cette question était "réactionnaire".

"Je crois que la principale cause de la montée du Front national est liée à la façon dont l'UE exerce aujourd'hui une pression considérable sur des gouvernements démocratiquement élus", a-t-il estimé. "Vous avez le président de la Commission européenne qui dit 'tous ceux qui sont anti-mondialisation, c'est des réactionnaires', c'est-à-dire (ce sont) des gens qui aujourd'hui ont institutionnalisé l'Union européenne comme anti-peuples européens", a-t-il poursuivi.

Selon lui, "finalement, l'Union européenne ne bouge pas, elle est immobile, paralytique. Elle ne répond à aucune des aspirations populaires (en Europe), sur le terrain industriel, sur le terrain économique, sur le terrain budgétaire, et finalement, ça donne raison à tous les partis souverainistes, j'allais dire anti-européens, de l'UE".

Vous êtes à nouveau en ligne