Politique de gauche : le PS confronté à un contre-référendum

(Jean-Christophe Cambadélis à Poitiers en juin dernier, lors du Congrès du PS © MaxPPP)

Face au référendum organisé par Jean-Christophe Cambadélis pour "l'unité de la gauche", de jeunes militants de gauche lancent ce lundi un contre-référendum sur internet, exactement aux mêmes dates. Une façon de rappeler les socialistes à leurs engagements pris en 2012.

"Face à la droite et à l'extrême droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?" C'est la question que pose le référendum organisé par le PS, à l'initiative de Jean-Christophe Cambadélis du 16 au 18 octobre prochain et qui a comme objectif de parler directement aux électeurs en passant au-dessus des appareils politiques, EELV et PG, qui ne font pas alliance avec le PS au premier tour.

Mais à partir de ce lundi matin, le PS va devoir compter sur un contre-référendum lancé sur internet par un groupe de jeunes activistes déçus par François Hollande. Leur question : "Est-ce que vous dites 'oui' à une politique de gauche ?". Les dates sont les mêmes que celles du vote du PS. Manière détournée de rappeler les socialistes au pouvoir à leurs propres engagements. 

Un référendum "coup de gueule"

Pas d'urnes, le vote sera uniquement électronique, sur le site : referendum-gauche.com. Le Parti socialiste n'avait pas pensé à protéger ce nom de domaine. Mais ce n'est pas une parodie amicale, au contraire, c'est un coup de gueule. Caroline de Haas, féministe, autrefois encartée au PS, n'en revient pas de la mauvaise foi de ses anciens camarades. Pour elle, le scrutin du PS est un "chantage".

"La responsabilité principale dans la montée du Front national, c'est d'abord celle de ceux qui tiennent pas leurs engagements de campagne" Caroline de Haas

Et derrière ce contre-référendum, il y a aussi la plume de Julien Bayou, conseiller régional et porte-parole d'Europe écologie les Verts. L'autonomie vis-à-vis du PS aux régionales, il la revendique : pas question de tomber dans les "combines" de Jean-Christophe Cambadélis. "S'il avait voulu le succès de cette alliance, il nous en aurait parlé auparavant, souligne-t-il. Le rôle du Parti socialiste ce n'est pas de fracturer ses partenaires."

"C'est une alliance de pacotille avec un projet qu'on ne défend pas" Julien Bayou dans le reportage de Yaël Goosz
--'--
--'--
 Le 18 octobre au soir Solférino s'attend évidemment à un plébiscite pour l'union de la gauche. Avec leur contre-référendum, Caroline de Haas et Julien Bayou espèrent bien jouer les trouble-fêtes en rappelant le PS et François Hollande à leurs engagements de 2012.

 

Vous êtes à nouveau en ligne