Une note interne d'un commissariat parisien demande d'"évincer" les Roms

Des familles roms manifestent, le 16 février 2014, à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Des familles roms manifestent, le 16 février 2014, à Bobigny (Seine-Saint-Denis). (MICHEL STOUPAK / CITIZENSIDE / AFP)

Selon "Le Parisien", le commissariat du 6e arrondissement demande à ses effectifs de chasser les familles roms du quartier. La consigne a été "rectifiée", a annoncé le ministre de l'Intérieur.

C'est une curieuse note interne révélée par Le Parisien, mardi 15 avril. Rédigée par un officier de police, "sur instruction de la commissaire centrale", elle demande "dès à présent et jusqu'à nouvel ordre pour les effectifs du 6e arrondissement, de jour et de nuit, de localiser les familles roms vivant dans la rue et de les évincer systématiquement".

La consigne polémique a été "rectifiée", a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Dans un communiqué, il a rappelé "le principe selon lequel aucun contrôle de police ne peut être effectué en ciblant une personne en fonction d'une nationalité réelle ou supposée".

Un cas similaire à Montpellier

Interrogé par Le Parisien, le maire UMP de l'arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, a déclaré qu'il n'était "pas choqué" par le ton de cette note. En revanche, il s'est dit "choqué de voir des familles de Roms dans la rue avec des enfants en bas âge". Ce qui, pour lui, n'est "pas acceptable sur le plan humain et social".

Récemment, un courrier électronique du SRPJ, le service régional de police judiciaire, de Montpellier avait été envoyé à destination des hôteliers de la région, les incitant à "signaler l'arrivée" de personnes "originaires d'Europe de l'Est" en vue de la lutte contre la délinquance organisée. Dans ce courrier adressé aux hôtels et campings du Languedoc-Roussillon et du Vaucluse, révélé par France Inter et dont l'AFP a obtenu copie, le SRPJ de Montpellier rappelle d'abord "l'aide très efficace" apportée par ces derniers à la suite d'e-mails antérieurs les sollicitant "dans le but d'interpeller des individus recherchés ou soupçonnés de crimes et délits".