Rentrée parlementaire : début de l'examen du projet de réforme de l'assurance-chômage à l'Assemblée nationale

Le ministre du Travail Olivier Dussopt à l\'Assemblée nationale, à Paris (France), le 3 octobre 2022. 
Le ministre du Travail Olivier Dussopt à l'Assemblée nationale, à Paris (France), le 3 octobre 2022.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les députés de la majorité présidentielle comme ceux des oppositions retrouvent l'Assemblée nationale lundi, après plusieurs semaines de pause. Cet après-midi, la situation en Ukraine était notamment à l'ordre du jour.  

>> Ce direct est désormais terminé. 

Un premier projet de loi examiné. Les députés de la majorité présidentielle comme ceux des oppositions reprennent leurs travaux dans l'Hémicycle par l'examen du projet de loi "portant mesures d’urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi". Ce texte contesté amorce une nouvelle réforme de l'assurance-chômage. Les députés de Renaissance, faute de majorité absolue, comptent sur le soutien de la droite.

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a appelé lundi soir les députés à sortir "des faux débats et des caricatures" sur son projet de réforme de l'assurance chômage qui ne vise pas, selon lui, à "culpabiliser" ceux privés d'emploi.  

La Première ministre réaffirme le soutien de la France à l'Ukraine. "Nous n'avons pas le droit de faiblir (...) Nous devons être solidaires", a déclaré la Première ministre Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la rentrée parlementaire, lundi 3 octobre. La guerre en Ukraine "n'est pas seulement un conflit entre deux pays. (...) Cette guerre, c'est une lutte pour nos valeurs", a-t-elle affirmé devant les parlementaires, appelant à une poursuite des sanctions contre la Russie. 

Pour Yaël Braun-Pivet, une dissolution de l'Assemblée serait "un échec collectif". Une dissolution de l'Assemblée, envisagée par Emmanuel Macron en cas de censure du gouvernement, serait un "échec collectif", a fait valoir lundi la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (Renaissance). "Nous n'avons pas de majorité et c'est ce que les Français ont voulu, pour que nous dialoguions plus, pour que nous concertions plus", a-t-elle ajouté, interrogée sur RMC et BFMTV.  

 De nombreux textes au programme. Les députés s'apprêtent à débattre de nombreux sujets, parmi lesquels le projet de loi de finances, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023 ou encore celui accélérant le développement des énergies renouvelables.

 Un climat politique tendu. Le retour des parlementaires à l'Assemblée nationale intervient au moment où la Nupes est enlisée dans des affaires. Le député La France insoumise Adrien Quatennens est visé par une enquête pour des soupçons de violences conjugales, alors que le député Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou est accusé de violences psychologiques sur une ex-compagne.

Vous êtes à nouveau en ligne