Retraités, fonctionnaires… Valls fait des concessions à l'aile gauche de sa majorité

Manuel Valls à l\'Elysée, à Paris, le 16 avril 2014.
Manuel Valls à l'Elysée, à Paris, le 16 avril 2014. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Pour faire voter son plan de stabilité, le Premier ministre lâche du lest dans une lettre adressée aux députés PS.

Le Premier ministre avait promis de faire un geste en faveur des plus pauvres. Pour les convaincre de voter en faveur du programme de stabilité mardi 29 avril, Manuel Valls détaille, dans une lettre adressée aux députés PS (lire ici la lettre), une série de mesures destinées aux plus modestes. Objectif : compenser les efforts demandés aux Français dans le cadre des 50 milliards d'euros d'économies. Ce plan pauvreté doit être appliqué au 1er septembre. En voici le contenu. 

Les retraites inférieures à 1 200 euros par mois ne seront pas gelées

Les retraités percevant moins de 1 200 euros mensuels ne seront pas concernés par le gel des pensions prévu par le plan d'économies du gouvernement, annonce le Premier ministre. Leurs pensions devraient donc être revalorisées le 1er octobre. Une revalorisation traditionnellement indexée sur l'inflation, pour que les Français conservent leur pouvoir d'achat malgré l'augmentation des prix. Selon l'entourage de Manuel Valls, cette mesure concerne "6,5 millions de personnes"

Initialement, seules les retraites inférieures au minimum vieillesse (792 euros pour une personne seule) étaient épargnées par le gel décrété par le gouvernement jusqu'à l'automne prochain.

Hausse du RSA, "mesure fiscale" pour les ménages modestes...

Le plan pauvreté prévoit aussi une hausse de 10% du revenu de solidarité active (RSA) en dix ans. La première étape de cette revalorisation interviendra le 1er septembre.

Manuel Valls promet également "une mesure fiscale de soutien au pouvoir d'achat des ménages modestes", "effective dès cette année", sans plus de détails. Ses modalités seront déterminées "dans les prochains jours pour la loi de finances rectificative".

Un coup de pouce pour certains fonctionnaires

Le pacte de responsabilté prévoyait un gel du point d'indice, qui sert de base au calcul de la rémunération des fonctionnaires, en 2015, 2016 et 2017. Il l'était déjà depuis 2010. "Ce qui revient à bloquer leurs salaires (hors carrière et avancement) pendant sept années consécutives", explique Le Monde. Les agents les plus modestes (catégorie C et certains de la catégorie B) verront leurs rémunérations revalorisées : "Cela représente en moyenne environ 440 euros de salaire net en plus dès l'an prochain pour 1,6 million d'euros", écrite le Premier ministre. 

Autre annonce : Manuel Valls promet une clause de revoyure, qui permettrait de revenir sur le gel du point d'indice des fonctionnaires en fonction du retour éventuel de la croissance. 

Vous êtes à nouveau en ligne