VIDEO. "Notre-Dame-des-Landes" : Vinci réclame "plusieurs centaines de millions d'euros" de compensation à l'Etat

FRANCE 3

La ministre des Transports Elisabeth Borne, l'a annoncé, dimanche dans "Dimanche en politique", sur France 3.

Le groupe Vinci devait être le concessionnaire de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mais après l'abandon du projet, il réclame "plusieurs centaines de millions d'euros" à l'Etat en guise de compensation, a annoncé la ministre des Transports, Elisabeth Borne, sur France 3, dimanche 14 avril.

Confirmant que l'Etat négocie avec le groupe de BTP une indemnité, Elisabeth Borne a déclaré dans l'émission "Dimanche en politique" : "Nous ne sommes a priori pas d'accord sur les montants, mais on prendra nos responsabilités sur ce dossier." "Ils [Vinci] ont parlé de quelques centaines de millions d'euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines" de millions, a-t-elle précisé, avant d'ironiser: "Nous aurons une discussion passionnante."

Aéroports de Paris, une compensation pour Vinci ?

Vinci, qui gère 12 aéroports en France, est candidat à la privatisation d'Aéroports de Paris. La ministre a écarté le fait que le choix du groupe de BTP pourrait faire figure de "compensation à l'abandon de Notre-Dame-des-Landes", comme l'ont affirmé des députés de l'oppostion lors de vifs débats sur la privatisation jeudi à l'Assemblée. "Cela ne marche pas comme ça", a lancé Elisabeth Borne.

"On a un contrat à Notre-Dame-des-Landes, sur lequel on est en train de travailler à la résiliation, et par ailleurs il y aura une procédure sur Aéroports de Paris, évidemment avec toutes les garanties de transparence", a-t-elle déclaré.

Vous êtes à nouveau en ligne