Notre-Dame-des-Landes : la fin des tensions ?

Il y a un an, le gouvernement annonçait l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). La situation était alors explosive. La tension est-elle depuis retombée et la ZAD est-elle toujours debout ?

Le calme est revenu autour de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Après 30 ans de débat, les habitants apprécient. "Qu'est-ce qui a changé ? Un peu moins de présence policière. On a retrouvé un rythme de vie normal", explique une riveraine. "C'est calme, mais finalement on aimerait que les gens partent quand même, car il y a encore des gens dans les maisons", confie un autre.

La moitié des opposants sont partis

1 425 hectares ont été rendus et 900 seront exploités. Des agriculteurs ont récupéré leurs terres quand d'autres s'y sont installés. La moitié des opposants est partie, l'autre va s'installer. En tout, quinze exploitations sont toujours tenues par d'anciens zadistes. Après des années passées dans l'illégalité, ils veulent acheter des terres. Une cagnotte a été lancée et récolte pour le moment 200 000 euros. En 2018, le Premier ministre évoquait l'idée d'agrandir l'aéroport de Nantes : la piste pourrait être rallongée de 500 mètres, directement dans le jardin de Samuel Landais. Avec Notre-Dame-des-Landes il pensait voir moins d'avions, et c'est tout le contraire qui s'annonce pour lui. 5 000 habitants sont concernés par les nuisances de l'aéroport.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne