Nantes : la colère des riverains de l'aéroport

FRANCE 3

À Nantes (Loire-Atlantique), le trafic aérien a augmenté de 20% depuis le début de l'année. Les riverains, qui subissent les nuisances sonores, sont les grands perdants de l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

C'est en apparence un petit pavillon dans un cadre bucolique. Pour être au calme, Dominique et Marie-Luce Bouin sont obligés de vivre les fenêtres fermées. Ce vacarme assourdissant pourrait empirer, car un projet de réaménagement de l'aéroport de Nantes (Loire-Atlantique), juste en face de chez eux, prévoit de nouvelles pistes et donc plus de voyageurs. Une situation difficilement vivable. Dans la commune de Saint-Aignan-Grandlieu (Loire-Atlantique), ils ne sont pas les seuls à vouloir partir. Depuis l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), la ville clame son mécontentement général sur des pancartes, dès l'entrée des lieux.  

7 000 foyers menacés aux nuisances sonores 

Saint-Aignan-Grandlieu se situe juste au sud de l'aéroport, qui pourrait se rapprocher. Car l'un des scénarios les plus probables de l'État envisage de prolonger la piste de 400 m au sud, voire de 800 m. Même le maire envisage de déplacer son école. Le préfet de Loire-Atlantique, aux manettes de ce projet, prévoit une enveloppe financière pour accompagner les habitants à insonoriser leur maison ou à la quitter. Joint par téléphone, il explique que tout cela prendra du temps. Mais pour certains habitants, il y a urgence. Comme 7 000 autres foyers, ils sont menacés par l'exposition au bruit, qui devrait croître si la piste est prolongée. Les travaux de réaménagements pourraient commencer dès 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne