Le maire de Notre-Dame-des-Landes regrette d'être tenu à l'écart par Manuel Valls

Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame-des-Landes
Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame-des-Landes (LOIC VENANCE / AFP)

Jean-Paul Naud, le maire de Notre-Dame-des-Landes, opposé au transfert de l'aéroport, a confié à France Bleu Loire Océan qu'il n'a "pas de date et pas d'information" concernant l'évacuation ou le début du chantier.

Jean-Paul Naud, le maire de Notre-Dame-des-Landes ne croit ni à l'évacuation, ni au début du chantier de l'aéroport dans les semaines qui viennent, comme cela a pu être évoqué plusieurs fois par Manuel Valls, rapporte France Bleu Loire Océan.

Jean-Paul Naud, opposé au transfert de l'aéroport, le dit tout net "je n'ai pas de date et pas d'information" que ce soit sur l'évacuation de la Zad ou sur le début des travaux de l'aéroport.

Des travaux à l'automne 2016 ?

Pourtant, l'automne est là et la période a été évoquée à plusieurs reprises par le Premier ministre, Manuel Valls pour le début des travaux. "On avait déjà évoqué des travaux à l'automne 2015, ça ne s'est pas fait. On évoque de nouveau des travaux à l'automne 2016 et je ne crois pas qu'ils puissent avoir lieu. Nous n'avons pas non plus d'information sur une éventuelle évacuation de la Zad. Et même si elle avait lieu, les travaux ne pourraient pas commencer puisque l'Europe attend toujours le document sur la révision du schéma de cohérence métropolitain. Et les élus ne le voteront, au plus tôt, qu'en janvier ou février 2017" a expliqué Jean-Paul Naud.

Le maire de Notre-Dame-des-Landes regrette fortement de ne pas avoir été reçu par Manuel Valls lors de son passage à Nantes ce mardi, lors du congrès des HLM. Le Premier ministre n'a d'ailleurs pas dit un seul mot sur le projet de transfert de l'aéroport.

Les opposants au projet préparent la défense de la Zad

De leur côté, les opposants au projet continuent de préparer la défense de la Zad et ils appellent à dénoncer les entreprises qui seraient amenées à faire des travaux et les sociétés de sécurité qui pourraient être chargée de surveiller la zone. "C'est la crainte qu'on peut avoir", confie Jean-Paul Naud. "En 2012, quand il y a eu l'opération César, les Zadistes étaient surpris, ils n'étaient pas préparés et pourtant, ils ont résisté. Aujourd'hui, de ce qu'on entend, ils sont préparés, ils font des stages, etc. Donc ça pourrait, effectivement, mal se passer" estime le maire de Notre-Dames-des-Landes.

En octobre 2012, les forces de l'ordre avaient procédé à l'évacuation des squats d'opposants au projet d'aéroport, l'intervention était nommée opération César.