Nord-Pas-de-Calais-Picardie : le PS monte un "shadow cabinet"

(La liste socialiste s'est retirée de la course aux régionales après le premier tour © MaxPPP)

Les socialistes vont mettre en place un conseil régional "bis" pour peser sur les décisions de la région où Xavier Bertrand des Républicains a été élu.

Depuis Paris, la résistance s’organise. Le PS veut mettre sur pied un "cabinet fantôme", une sorte de conseil régional "bis" où les élus émettraient leurs propositions pour la région. "Les premiers fédéraux ont commencé à travailler sur la question" révèle un responsable socialiste. Cette structure complètera l’instance consultative proposée par le nouveau président de la région, Xavier Bertrand.

Le soir de son élection, le futur président du parti Les Républicains (LR) a annoncé qu’il réunirait tous les trois mois les députés et les sénateurs de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie quelle que soit leur étiquette politique afin de recueillir leur avis. Une manière de renvoyer l’ascenseur aux socialistes qui se sont désistés en sa faveur pour faire barrage au FN et qui n’auront aucun élu dans l’assemblée territoriale pour les six ans à venir.

L’idée séduit le député du Nord Bernard Roman. "Ce n’est pas parce que c’est un républicain qui a eu l’idée que c’est une mauvaise idée" assume ce député, fidèle de François Hollande. Il raconte que Gérald Darmanin, le directeur de campagne de Xavier Bertrand, a pris soin de lui en parler avant d’annoncer la mise en place de ce "parlement" consultatif. Lui voudrait que tous les acteurs locaux soient associés : les présidents d’agglomération, les maires des grandes et des petites villes.

Le candidat socialiste Pierre de Saintignon, absent du second tour, est prêt lui aussi à faire vivre ce "parlement" d’un nouveau type mais il faudrait pour cela que la structure soit très large, car il n’est ni parlementaire, ni maire.

Une info du zapping politique de France Info diffusé du lundi au vendredi à 8h23 et 10h10.

Vous êtes à nouveau en ligne