Sarkozy n'a plus l'intention de revenir sur le mariage homosexuel

Une photo de \"La France pour la vie\", le livre de Nicolas Sarkozy, publiée sur son compte Twitter le 21 janvier 2016.
Une photo de "La France pour la vie", le livre de Nicolas Sarkozy, publiée sur son compte Twitter le 21 janvier 2016. (AFP / TWITTER)

"Il ne saurait être question de démarier les mariés", estime l'ex-président de la République dans son livre "La France pour la vie".

Il a changé d'avis. Nicolas Sarkozy assure, dans son livre La France pour la vie, dont des extraits ont été révélés, vendredi 22 janvier, qu'il n'a pas l'intention de revenir sur le mariage homosexuel. Pourtant, il avait annoncé, lors de sa campagne pour la présidence des Républicains, qu'il souhaitait revenir sur cette loi phare du quinquennat de François Hollande.

Le 15 novembre 2014, lors d'un meeting de Sens commun, mouvement issu de La Manif pour tous, il avait promis de réécrire "de fond en comble" la loi Taubira. "Si vous préférez qu'on dise (qu'il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre... En français, ça veut dire la même chose... Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher", avait lâché Nicolas Sarkozy.

"Pas question de démarier les mariés"

"J'avais pensé, à l'époque, que les ambiguïtés de la loi Taubira sur certains points imposeraient une nouvelle rédaction. A la réflexion, je crains que le remède soit pire que le mal", écrit Nicolas Sarkozy dans son livre. Et il assume ce changement de cap, selon Guillaume Daret, journaliste politique à France 2 qui a lu cet ouvrage, dont la sortie est prévue lundi.

"Nicolas Sarkozy a visiblement congédié ses convictions"

Une volte-face qui ne plaît pas à tout le monde. "Ce qui me choque, ce sont les revirements, par exemple, sur cette question du mariage pour tous. Nicolas Sarkozy, il y a à peine un an, s'est engagé à l'abrogation de la loi. Il nous dit aujourd'hui qu'il a dit le contraire de ce qu'il pensait. Ce qui n'est pas acceptable en politique, ce sont de tels tête-à-queue. Ce que j'appelle un parjure, véritablement", a réagi sur i-Télé Hervé Mariton (Les Républicains), candidat à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017.

"Nicolas Sarkozy a visiblement congédié ses convictions", critique de son côté La Manif pour tous, mouvement en pointe de la contestation du mariage homosexuel. L'ex-chef de l'Etat "se réfugie derrière le politiquement correct et semble n'avoir pour ambition que d'éviter de faire la moindre vague", dénonce La Manif pour tous, qui "exprime sa stupeur devant une telle instabilité".

Sens commun, qui avait placé une trentaine de ses militants sur les listes Les Républicains aux dernières régionales, a de son côté qualifié de "déplorable" ce "virage à 180 degrés". Le mouvement annonce qu'il "ne soutiendra pas la candidature des personnalités politiques qui ne tiennent pas leurs engagements jusqu'au bout".

Vous êtes à nouveau en ligne