VIDEO. Climat : "Est-ce qu'on en fait assez ? La réponse est non. Il faut changer d'échelle", estime Nicolas Hulot au sommet Change Now

L'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire était l'invité de franceinfo à l'occasion du sommet Change Now. Il a insisté sur la nécessité de lutter plus efficacement contre le changement climatique.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"L'intelligence, c'est comme l'argent, il faut l'utiliser à bon escient, ne pas se disperser sur tous les fronts". Invité à s'exprimer lors du sommet Change Now, l'exposition universelle sur les innovations pour la planète, qui se tient à Paris, l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, s'est arrêté quelques minutes sur le plateau de franceinfo pour donner son sentiment sur le rôle que doit jouer la technologie contre le réchauffement climatique.

"Il va falloir changer notre état d'esprit"

"Il ne suffit pas de remplacer une économie grise par une économie verte, une énergie grise par une énergie verte. Si demain, on s'approvisionne en énergie renouvelable, cela ne va pas nous exonérer de réduire de moitié notre consommation d'énergie, parce que vous allez buter sur des limites, a-t-il rappelé. On a besoin de technologie, mais il va falloir changer notre état d'esprit. Ce monde où nous consommons de plus en plus, où nous voulons aller toujours plus vite et toujours plus loin, il est le monde d'hier et ne sera pas le monde de demain. On ne sera pas moins heureux pour autant. Ce qu'on va libérer en addiction matérielle, on va le récupérer en relation humaine."

L'ancien ministre est également revenu sur son expérience au gouvernement. "Si je veux être objectif, la France fait plutôt partie des pays en pointe. Une fois que j'ai dit ça, ce n'est pas suffisant. La question, c'est de savoir si on en fait assez par rapport aux objectifs qu'on s'est fixés. Est-ce qu'on en fait assez pour basculer dans un nouveau modèle économique et énergétique, la réponse est non. On en fait beaucoup, mais pas suffisamment. Il faut changer d'échelle", estime-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne