VIDEO. Démission de Nicolas Hulot : "Il ne savait pas, au moment où il entrait dans le studio, s’il allait l’annoncer", raconte Thomas Legrand

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

L'éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand revient sur les coulisses de l'annonce de la démission de Nicolas Hulot, mardi.

"On a tous été surpris" par l'annonce de la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot mardi 28 août en direct sur France Inter, raconte l'éditorialiste Thomas Legrand, joint par franceinfo.

> DIRECT. Les conséquences de la démission surprise de Nicolas Hulot

" On ne savait pas qu’il allait annoncer son départ ! Quand il est arrivé, on a bien vu qu’il y avait une sorte de tristesse. D’habitude, il est en colère, il est combatif… là, il était assez triste, explique le journaliste de France Inter. Avant l’émission, on prenait un café comme c’est souvent le cas avec les invités, et il nous a raconté la réunion d’hier soir consacrée à la chasse à l’Elysée. Il avait été très surpris et très peiné de voir qu'un des lobbyistes des armes et de la chasse, Thierry Coste [conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs], était présent, alors qu'il ne l'avait pas souhaité et qu'il l'avait dit au président."

Le collaborateur de Nicolas Hulot "décomposé"

"Quand il est entré dans le studio, il ne nous avait pas dit qu’il allait annoncer sa démission. Il ne l’avait visiblement pas dit non plus à son entourage, puisque son collaborateur, que j’ai vu juste après, était décomposé", poursuit l'éditorialiste.

"A l’issue de l’émission, je l’ai raccompagné à l’ascenseur et il m’a dit qu’il ne savait pas, au moment où il entrait dans le studio, s’il allait l’annoncer, assure Thomas Legrand. Sa décision était prise, évidemment, il n’a pas décidé de démissionner pendant l’émission. Mais le fait de l'annoncer à ce moment-là, c’est quelque chose qu’il n’avait pas, me dit-il, prémédité. "

Lors de son interview, Nicolas Hulot a affirmé avoir pris cette décision "tout seul" : "Personne n'était au courant, y compris ma propre épouse", a-t-il expliqué sur France Inter.

Vous êtes à nouveau en ligne